Accueil Editoriaux Peut-on parler du sujet israélo-palestinien sans passion ?
Editoriaux - Histoire - Politique - 16 juillet 2014

Peut-on parler du sujet israélo-palestinien sans passion ?

Peut-on traiter du sujet israélo-palestinien en France sans exciter les passions, les réactions irrationnelles et les accusations pathétiques. Avant même d’écrire ses quelques lignes, j’entends déjà les mots « sioniste », « juif »…

Je ne suis ni l’un ni l’autre mais je ne suis pas non plus palestinien et encore moins musulman. Je suis juste français et catholique, je ne sais pas si cela a encore un sens pour les gens, y compris ceux qui se proclament nationalistes mais passent leur temps à idolâtrer des personnalités étrangères.

Alors en tant que français et catholique j’essaie de porter un jugement froid et neutre sur ce conflit, parce que je ne suis pas réellement concerné. Il est vrai que mon pays, lui, l’est indirectement de par les masses islamiques qui y vivent et qui demain ou après-demain lui feront la guerre comme elles la font aujourd’hui à Gaza. « Ce n’est pas la même chose » me direz-vous, « à Gaza ils sont oppressés par un force d’occupation », sauf qu’en France aussi ils se sentent oppressés par des mécréants qui les ont autrefois colonisés…

Mais revenons au conflit israélo-palestinien en laissant les passions de côté ainsi que les raisonnements motivés juste par la détestation des juifs et la fascination que certains ont pour les Arabes.

Nous sommes en 2014 et c’est trop tard pour revenir à la création de l’Etat d’Israël de 1948, on ne peut pas refaire l’histoire, sinon on peut aussi demander aux Turcs de rendre Constantinople et ainsi de suite. Aujourd’hui l’Etat d’Israël existe avec ses défauts, il ne facilite certes pas la création d’un Etat palestinien, il laisse ces colons grignoter de nouvelles parcelles des territoires occupés… mais force est de constater qu’il y a en Israël des citoyens arabes, qui, malgré des droits restreints, sont plus libres que les juifs et les chrétiens en pays d’Islam avec un niveau de vie largement supérieur à leurs frères des territoires occupés, dont les dirigeants détournent les milliards de dollars qu’ils reçoivent des pays du Golfe et d’Europe au lieu d’en faire bénéficier leur peuple.

Force est de constater aussi qu’en Israël se trouvent des juifs opposés à la politique gouvernementale envers les Palestiniens, et même des juifs, certes pas nombreux mais ils existent, pro-palestiniens et très antisionistes qui manifestent dans les rues, parfois violemment, et qui apportent de l’aide aux Palestiniens.

J’attends toujours que l’on me montre un seul Arabo-musulman favorable à l’Etat hébreu, une seule manifestation contre les Palestiniens ou en faveur d’Israël dans un pays arabe ou même musulman, mieux encore, une seule manifestation condamnant le terrorisme islamique.

La France a connu aussi ce phénomène avec des Français soutenant le FLN et l’alimentant en armes en pleine guerre d’Algérie, mais vous ne le verrez jamais en pays d’Islam. Qu’arriverait-t-il aux Franco-Algériens vivant en Algérie s’ils paradaient à Alger avec le drapeau français au vent après un match de foot ? Cela serait certainement plus grave pour eux que pour des Israéliens portant un drapeau français ou même palestinien à Tel-Aviv.

À lire aussi

Richard Haddad : « Si le gouvernement n’est pas renversé rapidement, les Libanais goûteront au plaisir de la vie yéménite »

Le déficit de l’Etat est tel, qu’il n’a plus, depuis plusieurs mois, de liquidité pour pay…