« Dis quand te tairas-tu… ? » Ce n’est pas Mozart mais Barbara que l’on assassine dans le dernier album de Patrick Bruel où il reprend les plus belles chansons de la grande dame brune. C’est en effet un art délicat que de revisiter les chansons des autres.

Il faut rendre à Hugues Aufray ou Graeme Allwright qui ont adapté, traduit et introduit en français les œuvres de Leonard Cohen et de Bob Dylan, créant ainsi leur propre répertoire autour de ces deux monuments de la chanson nord-américaine.

Rien à voir avec la démarche de ces artistes à court d’inspiration, qui cherchent à se relancer en reprenant sans vergogne le répertoire de leurs illustres aînés (Higelin-Trenet, Le Forestier-Brassens, entre autres), le dernier exemple en date étant celui de Patrick Bruel, qui s’approprie les titres à succès de Barbara disparue en 1997. Album-hommage, bien entendu, ça sonne mieux… Même Télérama n’a pas apprécié. "Il est des hommages qui servent leurs sujets, et les mettent en valeur. Il en est d'autres qui s'en servent pour se faire valoir."

Des esprits plus bienveillants concéderont que Bruel veut faire connaître aux plus l’œuvre de Barbara, oubliant que ses albums sont toujours disponibles dans les bacs des disquaires. Et qu’en l’occurrence, rien ne vaut l’original. C’est simplement qu’il manque à Bruel la pudeur et l’élégance de la longue dame brune que Moustaki avait « habillée de de brume et de rosée »…

Dans un entretien au Parisien lundi dernier, William Sheller témoigne de la véritable vénération qu'il avait pour la chanteuse Barbara. Mais quand on lui demande ce qu'il pense de l’album de Bruel, Sheller ne mâche pas ses mots : "On ne chante pas Barbara avec une voix de déménageur. Et puis Barbara, ce sont des chansons de femme."

200 vues

17 avril 2016

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.