Editoriaux - Politique - Presse - 3 février 2017

Quand Okapi désinforme, il sort la grosse artillerie

Le mensuel Okapi est destiné aux jeunes de 10 à 15 ans. Publié par le groupe Bayard depuis plus de quarante ans, il est, bien entendu, marqué par le conformisme politique le plus édifiant. Mais le dernier numéro de cette passionnante revue ne manque pas de sel, puisque quelques pages sont consacrées aux “extrémistes”, avec la finesse qu’on devine par avance…

Le magazine nous indique en premier lieu qu’on peut être extrémiste de droite ou de gauche. Pour la gauche, il cite… la Corée du Nord ! Difficile, en effet, de trouver pire. Il précise qu’il s’agit d’une dictature d’extrême gauche, alors que le nazisme était une dictature d’extrême droite. Et c’est parti pour les approximations et la désinformation par omission.

Le communisme ou le nazisme ne sont pas des dictatures, contrairement au franquisme, par exemple. Ce sont des systèmes totalitaires, ce qui n’a rien à voir. Mais peut-on demander à Okapi de comprendre la différence ? Le nazisme n’est, par ailleurs, par une “dictature d’extrême droite” – idée géniale inventée par le KGB après la guerre. Il s’agit, comme le fascisme, d’une forme de socialisme qui inféode l’individu à l’État, idéologie qui n’a rien de « droite », encore moins extrême.

Mais Okapi ne parle pas du communisme ! Seulement de la Corée du Nord, en oubliant que le système totalitaire communiste a, sur les mains, environ 100 millions de morts, à quelques dizaines de millions près… Une paille.

Bien entendu, le sujet sert d’introduction à une « réflexion » sur le Front national : chacun aura compris que c’est là que le périodique voulait en venir. En évoquant les partis d’extrême droite qui prennent de plus en plus de poids en Europe (Pologne, Hongrie, Norvège, Finlande, Grande-Bretagne – avec le Brexit – et, bien entendu, France), il rappelle opportunément que ces partis sont tous favorables à un repli sur soi et diffusent la fausse impression que ces pays sont submergés par les réfugiés. Mais ce n’est pas tout ! Donald Trump lui-même est inscrit au rang des « extrémistes de droite ». Et l’un des intertitres questionne : “La démocratie est-elle en danger ?” On cerne bien les problèmes chez Bayard : ce qui met la démocratie en danger, c’est l’expression des peuples qui élisent des dirigeants au terme d’élections libres.

Pour parfaire le tout, le journal propose un encadré relatif à l’investiture de Donald Trump. Le texte est purement informatif. Mais le dessin qui l’illustre montre un juge présentant la Bible au nouveau président qui, au lieu de poser la main sur le livre, lève le bras droit bien haut et effectue… je vous le donne en mille : un salut nazi !

Voilà comment la presse « catholique » (Bayard appartient aux assomptionnistes) traite l’information. Nous le savions, certes. Mais à ce niveau de grossièreté intellectuelle, on pourrait conseiller à Okapi de se rapprocher du Canard enchaîné.

Lui, au moins, nous fait rire !

À lire aussi

Avertissement sans frais au nom de la laïcité pour un instituteur

Ce jugement ne fait donc que mettre en application la religion laïque du politiquement cor…