Pour Adama et Théo.

Pour le second, on était prêt à compatir puisque sa qualité de victime était indiscutable, même si les circonstances de l’épisode l’ayant opposé à quatre gardiens de la paix mis en examen pour viol et violences aggravées demeurent encore imprécises. Mais l’exigence de ces journalistes, artistes, chanteurs et autres intervenants militants va bien au-delà : il faut se mobiliser contre les violences policières !

Au sujet du premier, lors de son arrestation au mois de juillet 2016 à Beaumont-sur-Oise, l’injonction était de "réclamer " comme si la cause de la Traoré et de ceux qui la soutiennent était forcément légitime !

À la suite de l’affaire Théo, 245 interpellations depuis le début des violences urbaines et aucun soutien de l’État aux forces de l’ordre.

Alors ces célébrités ne s’égarent pas en s’indignant de l’exclusive activité policière ?

Dans le nord de Paris, 200 manifestants, anticipant l’appel de Libération, crient leurs slogans : "Pas de Justice, pas de paix", "Flics, violeurs, assassins" et, en chantant, hurlent "Tout le monde déteste la ".

Ces célébrités sont-elles lucides en validant de telles éructations et ignominies ?

En , notamment à Aulnay-sous-Bois, Bobigny et Sevran, bris de vitrines, magasins dévastés, matériel urbain détruit, véhicules incendiés alors que les occupants sont à l’intérieur parfois, autobus dégradés ! Casseurs déchaînés dont 60 % de mineurs. Les arrestations de ces malfaisants de plus en plus difficiles à opérer. L’ensemble de ce déplorable constat minimisé par Beauvau.

Qui peut croire que leur haine vise le chômage et ses effets ?

Aussi est-il normal que ces célébrités éprouvent une compassion et une compréhension hémiplégiques et ne se soucient que de Théo et Adama ?

En France, chaque jour, des victimes largement aussi respectables que Théo souffrent de la et, pire, tombent sous les coups de la criminalité, et la police s’efforce de les défendre et de les protéger.

Pourquoi ces célébrités, qui ont l’embarras du choix, sont-elles si chiches puisque je ne les ai jamais vues ni entendues protester pour ces malheureux et ces sinistrés des transgressions ordinaires ?

Était-il vraiment opportun et équitable, malgré tout, de la part de ces célébrités de pourfendre les violences policières dans ces cités où la police est, dans tous les cas, présumée coupable alors que la majorité des honnêtes gens n’attend que ses interventions !

Ainsi seuls Théo et Adama mériteraient l’engagement : pour un jeune homme vivant et pour un mort.

Et tous les autres partout, tout le temps ? Serait-il honteux de se pencher, en une, sur la banalité infinie des traumatismes, des misères et des souffrances qui n’ont pas eu la chance de permettre d’impliquer la police dans la cause ?

On ne peut que se féliciter, par ailleurs, que la loi de sécurité publique, malgré la procédure concernant Théo, ait, par ce texte, offert aux policiers "une forme de reconnaissance du travail accompli" et des protections supplémentaires en alignant les conditions d’ouverture du feu sur celles des gendarmes.

J’éprouve alors comme une nausée civique en relevant cette manière soyeuse et médiatique, façon Libé, de jeter de l’huile sur le feu et sur des comportements exacerbés et prêts au pire puisque la police est décrétée l’ennemie. Je suis désolé mais "tout le monde ne déteste pas la police". Elle parvient à résister à toutes les démagogies et à toutes les injustices. Je ne la présume pas seulement innocente quand j’ai besoin d’elle.

Pour la fin, cette énormité : "Si on se tait, c’est toute notre qui se salit".

C’est le contraire. S’ils se taisaient, c’est notre État de droit qui gagnerait, notre démocratie qui deviendrait propre.

Extrait de : Seuls Adama et Théo méritent-ils un engagement ?

18 février 2017

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Philippe Bilger : « Éric Dupond-Moretti est devenu un homme politique classique pour le pire : il viole une promesse et est devenu un ministre timoré »

Le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti a présenté sa réforme de la justice en 36 proposit…