L’État va-t-il porter plainte contre le PIR (Parti des indigènes de la ) qui rejette parce qu’à majorité « blanche » et accuse les policiers de « racisme » et l’État de « négrophobie » ? Ne… rêvons pas !

Extraits – édifiants – du communiqué du 22 avril 2016 du PIR : « Alors que les crimes policiers racistes […], la négrophobie, l’ et la romophobie (sic) d’État, les discriminations et plus récemment l’état d’urgence, ses 3.000 perquisitions et ses assignations à résidence ravagent la vie quotidienne des habitants des quartiers, sans provoquer un soulèvement massif de l’ensemble de la population, l’impressionnant succès de la mobilisation contre la loi El Khomri sonne à l’oreille comme l’expression d’un énième deux poids deux mesures… »

Le PIR regrette que leurs revendications soient « imperméables » aux yeux des non-immigrés : à « une séquence post-attentats où les mobilisations des organisations non blanches se sont multipliées pour dénoncer l’, la négrophobie d’État dont les propos racistes du ministre Laurence Rossignol » a succédé « une séquence loi El Khomri qui a entraîné des mobilisations essentiellement blanches ».

Mettez des termes tels que « non blanches », « blanches », « négrophobie d’État » dans la bouche d’un élu ou d’un… philosophe un soupçon de droite (n’allons pas jusqu’à un(e) responsable du ) et ce serait le tollé général repris sur toutes les ondes. Là, parce que c’est le PIR, croyez-vous qu’un dirigeant de l’État portera plainte puisque notre État est accusé de « négrophobie », « islamophobie », « romophobie », sans parler de ces « racistes » de policiers représentant en première ligne ce même État ? Restons bien éveillés !

Peut-être qu’un , secrétaire d’État, osera aller jusqu’à répéter, sur le PIR, ce qu’il a déclaré de meilleur sur Nuit debout le 24 avril lors du “Grand Rendez-vous” Europe1//i>Télé : que tout cela est « très marginal », qu’il s’agit de « manipulations grossières d’une extrême gauche » avec son « idéologie islamo-gauchiste ».

Les « indigènes » du PIR ne sont pas contre la gauche mais contre les « Blancs » de la gauche : « Aujourd’hui, les milieux blancs paient leur indifférence vis-à-vis d’un état d’urgence qui ne les touchait pas directement. Renforcé par son offensive dans les QP » (NDLR lisez : quartiers populaires… à majorité “non blanche”), “l’État […] a gagné du terrain, ce qui lui permet de s’en prendre désormais aux classes moyennes. Celles-là mêmes qui appellent désormais les QP à se solidariser » à Nuit debout.

Mais le PIR joue à l’hôtel du “cul tourné” avec les Dormeurs debout : « Nous ne grossirons pas vos rangs pour garantir vos privilèges. C’est à vous de grossir les nôtres… Venez sur notre terrain » en vue « d’une alliance véritable, d’égal à égal »

Après une telle invitation, les bobos parisiens, le meilleur du PQ (lisez Paris Qualité), vont certainement se précipiter par milliers chez les PIR des QP…

25 avril 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.