Notre-Dame : les statues de cuivre de Viollet-le-Duc restaurées

statues flèche ND

L’histoire des grands événements est pétrie de « moments de grâce ». Des moments où les hommes, par leur action conjuguée, approchent la dimension transcendante de leurs œuvres. C’est le cas de l’histoire de la construction de la flèche de Notre-Dame de Paris par Viollet-le-Duc et de ses statues de cuivre.

Nous vivons, avec une dimension démultipliée, ce qu’ont vécu les architectes et sculpteurs du temps de Viollet-le-Duc, lorsqu’en mars 1858, le ministère de l'Instruction publique et des Cultes, sous Napoléon III, donna l’autorisation de rétablir la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris, datant du XIIe siècle. En 1860, ce sont les établissements Monduit qui furent chargés de la restauration de Notre-Dame de Paris, et les statues des douze apôtres et des quatre évangélistes furent réalisées par le sculpteur Geoffroy-Dechaume.

L’apôtre saint Thomas, patron des architectes, représente Viollet-le-Duc lui-même. Fait original : c’est la seule statue qui regarde la flèche. En effet, lors de sa construction, les détracteurs avaient prédit à Viollet-le-Duc que sa flèche ne tiendrait pas. Or, Geoffroy-Dechaume le représente de trois quarts, tourné vers la flèche par un geste de défi. Sur sa règle d’architecte se trouve une mention latine qui indique qu’« il ne doute pas davantage » (non amplius dubito) de la stabilité de son œuvre. Si l’incendie du 15 avril 2019 a fait mentir temporairement cette prédiction, aujourd’hui, la résurrection de la flèche est en cours et c’est le groupement Le Bras Frères, implanté à Briey-en-Lorraine (Meurthe-et-Moselle), qui est chargé de la dresser de nouveau dans le ciel de Paris.

En 1879, après le décès de Viollet-le-Duc, la grande Histoire avait rejoint celle de Notre-Dame de Paris : c’était le début du chantier de la statue de la Liberté mené par les ateliers Monduit. Ils opérèrent selon la même technique que pour les statues des évangélistes de Notre-Dame. En l’honneur de Viollet-le-Duc, Monduit décida alors d’installer la réplique de la statue de saint Thomas, en bas de l’échafaudage, pour que Viollet-le-Duc assiste au montage à blanc de la statue de la Liberté. Quel symbole !

Aujourd’hui, toutes les statues ont fait l’objet d’une restauration par la société SOCRA (Société nouvelle de conservation et de restauration archéologique), spécialiste des métaux, à Marsac-sur-l’Isle (Dordogne). Fait notoire, cet établissement a déjà réalisé les restaurations du quadrige du Grand Palais et de l’archange du Mont-Saint-Michel.

Comme au temps de Viollet-le-Duc s’est posée la question de la pérennisation des matériaux : comment restaurer tout en consolidant ? Quand le cuivre natif commence à s’oxyder, il brunit. Concernant la patine des statues, la couleur verdâtre du cuivre oxydé n’étant pas volontaire mais liée à la dégradation par l’atmosphère, l’entreprise SOCRA s’est inspirée de la patine de la statue de la Liberté, une patine brunie. Pour les statues de Notre-Dame, c’est cette restitution de la patine naturelle qui a été reproduite, avec du polysurfure de potassium.

Les statues restaurées, telles qu’elles figureront désormais sur la nouvelle flèche de la cathédrale à l’horizon 2024, sont visibles actuellement à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris.

Il y aura dans le ciel de Paris, grâce à ces techniques de restauration, un peu de la statue de la Liberté, dont l’histoire se mêle désormais totalement à celle de ces statues de cuivre. Leur symbole dépasse à lui seul la ville de Paris.

Sabine Faivre
Sabine Faivre
Auteur, essayiste

Vos commentaires

7 commentaires

  1. ILS ont arrimés la Religion Chrétienne à leur Pouvoir…pour la faire déraper vers le Wokisme….ILS et ELLES ont infiltrés l’Eglise de Rome depuis longtemps et haut plus haut grade, on pouvait s’en contenter, mais maintenant ça va bien loin du raisonnable….Violet Le Duc Franc maçon reconnu, c’était encore les Mess en Latin….et petit à petit lentement mais surement ILS et ELLES s’emparent du Pouvoir, de la Religion, des Finances….Une nouvelle Religion est en train de naître, mais assurément sans aucun rapport avec la précédente….Tous les voiles, tous les genres, pourront bientôt y être acceptés au Tabernacle….Vous verrez, ou les générations futures s’il y a oppositions fortes….

  2. … « le ministère de l’Instruction publique et des Cultes », ça laisse rêveur !
    Quoi qu’il en soit, c’est avec un impatience non dissimulée que personnellement j’attends le retour de la flèche et de ses statuts.
    Mais pas seulement, car Notre-Dame me manque, nous manque, j’en suis certain pour un très grand nombre d’entre nous, et pas seulement parisiens.
    Je suis sur YouTube toutes les vidéos relatives à la restauration de Notre Cathédrale, je suis émerveillé par ces talents que cache la France provinciale, c’est juste merveilleux !
    J’éprouve envers tous ces gens, ces artistes, à prendre au sens noble de l’Art, un immense respect.

  3. Notre dame défigurée par un incendie ravageur se remet progressivement grâce au savoir faire de nos artisans…bravo à eux…pour revenir à cet incendie je n ai pas le souvenir d une réelle explication sur les causes dommage car je garde en mémoire le sourire esquissé par notre résident de la République alors qu il s’avançait vers la cathédrale en partie détruite. Peut être une vive émotion et un sourire nerveux. Saura t on un jour la vérité?

    • Surement dans très longtemps …je crains qu’elle ne soit pas bonne à entendre !

  4. Magnifique. Merci à vous madame Faivre de souligner par cet article toute la richesse de notre artisanat.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois