Accueil Editoriaux Nos impôts vont aussi arroser la Corrèze
Editoriaux - Internet - Médias - Table - 1 novembre 2013

Nos impôts vont aussi arroser la Corrèze

Avant de présider notre beau et “cher” pays, présidait aux destinées du conseil général de Corrèze. Ce département avait la malheureuse réputation d’être le plus mal géré de France. l’avait d’ailleurs laissé en quasi-faillite !

On peut imaginer que si les médias et l’UMP en avaient davantage parlé lors de la campagne présidentielle, François Hollande ne serait peut-être pas aujourd’hui à l’Élysée…

Mais l’ensemble des médias étant sous “influence”, nous n’en avions rien su ou presque ! Et puis… la Corrèze est aussi le fief du couple Chirac, grands amis – comme on sait – de M. Hollande. Enfin il faut dire, pour être honnête, que lorsque la gauche est devenue majoritaire au conseil général et que François Hollande en a été élu président (en 2008), le département avait déjà, et de très loin, la dette la plus élevée par habitant. Une dette de 345 millions d’euros contractée sous une présidence… UMP.

Valeurs actuelles a récemment publié qu’une subvention de 12,3 millions d’euros a été allouée par l’État à la Corrèze en tant que « département en difficulté », or le site Internet du conseil général de Corrèze indique, lui, un « soutien exceptionnel » de 15,8 millions d’euros pour 2013, après avoir reçu la même somme en 2012 !

Qu’en serait-il si la centaine de départements français demandaient la même chose ? En fait, cela ne ferait que 1.580 millions d’euros, sans doute une broutille pour nos dirigeants…

Monsieur Hollande rebouche le trou béant qu’il a laissé en Corrèze avec les contributions des Français, ainsi qu’il le fait d’ailleurs au plan national, sans chercher la moindre économie (sauf pour la Défense nationale) ni procéder à de véritables réformes. Finalement, lui et son gouvernement ne sont bons qu’à saigner les Français, notre beau pays et ses entreprises.

Et peut-être notre “cher” Président, en faisant de tels cadeaux à la Corrèze, espère-t-il ainsi retrouver aisément son ancien poste à Tulle en 2017 ? Vu sa cote de popularité actuelle, on comprendrait qu’il cherche à assurer ses arrières…