Samedi 11 février, recevait Michel Onfray dans son émission « On n’est pas couché », pour présenter son dernier ouvrage, Décadence : de Jésus à Ben Laden, vie et mort de l’Occident. Le philosophe décrit froidement et sans inquiétude la phase terminale de notre civilisation « judéo-chrétienne ». Le parallèle incongru entre le Fils de Dieu et un terroriste islamiste trouve sa justification dans la thèse selon laquelle il existerait un « impérialisme » commun aux deux religions.

Compilant les clichés, Michel Onfray oublie manifestement que le royaume de France est né du baptême de Clovis ; qu’il a rayonné économiquement, culturellement et spirituellement pendant des siècles grâce au catholicisme ; ou encore que nos institutions politiques et administratives n’existeraient pas sans l’héritage légué par l’Église romaine. Il lui importe peu de préciser que les chrétiens ont également connu leur lot de massacres et restent aujourd’hui, plus que jamais en Orient, persécutés dans l’indifférence générale.

L’auteur affirme sans regret qu’en raison d’un « effondrement démographique, suivi d’un effondrement du christianisme », l’ deviendra musulmane. Pourtant, il ne souhaite pas fermer les frontières ! Il conclut :

Nous avons le passé pour nous, ils ont l’avenir pour eux ; car pour eux tout commence, pour nous tout finit ; le bateau coule, il nous reste à sombrer avec élégance,

avant d’achever son ouvrage – et ses lecteurs – par cette sentence d’un vide intersidéral : « Le néant est toujours certain. » La et le défaitisme sont le corollaire de la haine de soi.

Il est vrai que la migratoire, sociale et économique que nous traversons corrobore ses propos. Michèle Tribalat, démographe, spécialisée dans le domaine de l’immigration, vient de révéler au journal Atlantico, le 10 février 2017, l’existence des données de « type ethnique » recueillies par l’INSEE. Ces calculs prouvent indéniablement la mise en œuvre d’un au sein de notre pays avec « 13,2 millions de personnes d’origine étrangère sur deux générations (soit 20,5 %) […]. La population d’origine étrangère sur deux générations aurait donc augmenté de 9 % entre 2011 et 2015, contre 2,6 ‰ seulement pour les natifs au carré [nés de deux parents eux-mêmes nés en France, NDLR]. »

Mais la presse admet que la nouvelle génération, à la recherche de repères, se montre plus « réactionnaire » que la précédente. D’après un sondage du Pèlerin, 56 % des Français se disent encore catholiques. Avec une grande lucidité, les commentaires des journaux en ligne dénoncent les mensonges et les manipulations du pouvoir devenus trop visibles à l’épreuve de la réalité. Pour rebâtir la France, il faut d’abord l’incarner avec fierté, se réenraciner, montrer l’exemple et « redevenir Français », selon les mots d’Adrien Abauzit. Le pays réel renaîtra si le peuple réel se bat pour le reconquérir. L’Histoire est pleine d’exemples et l’espérance, une vertu. Cessons d’écouter les lamentations propres aux vaincus !

13 février 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.