“Non aux détenteurs de la double nationalité dans la réserve opérationnelle !”

Robert Ménard, au lendemain de l’attentat de Nice, vous avez organisé un rassemblement devant la mairie de Béziers. Dans son édition du lendemain, Midi libre a censuré votre discours. Pas une ligne, pas un mot et, même, votre nom n’est pas cité…

Oui, j’imagine que ce que je disais a choqué la rédaction de ce journal. Mais quelle honte ! Et ça ose parler de la liberté de la presse, de la leur ? Et celle de leurs lecteurs d’être informés ? Cela étant, quelle importance ? En 48 heures, mon discours a été lu par près de 160.000 personnes sur Internet ! C’est sans commune mesure avec le lectorat de Midi libre dans le département. Aujourd’hui, la presse ne désinforme plus que ceux qui le veulent bien.

Les hommes politiques se succèdent sur les chaînes d’info pour dire que le risque zéro n’existe pas. C’est un fait, non ?

Un attentat peut toujours avoir lieu. Mais celui de Nice n’aurait jamais dû exister. Son auteur, ce Tunisien de 31 ans, a été condamné en mars dernier à six mois de prison avec sursis. Il était déjà connu depuis 2010 pour des faits de violence. Qui doit-on remercier pour sa présence à Nice ce 14 juillet ? Nicolas Sarkozy, qui a supprimé la double peine et l’expulsion des délinquants étrangers. Il porte cette responsabilité indirecte. Mais aussi François Hollande et l’ensemble de la gauche qui laissent venir, s’installer, rester n’importe qui. Les attentats ne sont pas des calamités agricoles. Tous sont des conséquences de la faillite politique et morale de nos dirigeants.

Justement, Marine Le Pen a demandé la démission de Bernard Cazeneuve. A-t-elle raison ?

Si Bernard Cazeneuve avait une once de dignité, il aurait démissionné après le Bataclan. Mais il reste. Il se félicite même de son bilan. C’est indécent. Il n’y a rien à attendre de ces gens. Qu’ils restent ou qu’ils partent, dans dix mois ils seront dans les poubelles de l’Histoire et, en lisant dans les salles d’attente des médecins les vieilles revues, on se demandera comment ils ont pu exister.

L’État veut mobiliser la réserve opérationnelle. Dans le même temps, il a fait interdire par la justice votre projet de Garde biterroise. Contradiction ?

Si je comprends bien, cette réserve composée d’anciens gendarmes et policiers ressemble comme deux gouttes d’eau à mon projet qui, lui, a été rejeté en justice. Cherchez l’erreur… En outre, je remarque qu’il aura fallu à l’État neuf mois de plus qu’à moi pour avoir cette idée de mobilisation. C’est lamentable.

Je note aussi que Bernard Cazeneuve lance un appel aux Français patriotes. Tiens, en existe-t-il certains qui ne le seraient pas ? Lesquels ? Le ministre pense-t-il à ceux possédant la double nationalité ? Dans tous les cas, il me semblerait invraisemblable d’imaginer intégrer les détenteurs d’une double nationalité dans la réserve opérationnelle…

Cela étant, quelle bouffonnerie ! Ce régime socialiste qui, aux dernières élections, n’a eu de cesse de dénoncer la droite patriote à la vindicte populaire, en appelle aujourd’hui aux patriotes. Tout cela sent la fin. Malheureusement, des Français sont morts à cause d’eux et d’autres mourront sans doute encore.

Robert Ménard : « Le gouvernement nous ment et nous trompe ! »

Robert Ménard : « Ils nous prennent pour qui ? Pour des ploucs, des citoyens de deuxième zone ? Pour une ville de pestiférés ? »

Robert Ménard : « Je suis abasourdi et en colère, c’est un crime de brûler une école, c’est inacceptable ! »

Robert Ménard : « Malgré les procès, j’ai la ferme intention de ne pas me taire ! »

Robert Ménard : « Si ce photomontage avait été une ode à l’immigration, il n’y aurait pas eu le moindre problème ! »

Robert Ménard : « Lorsque j’ai été agressé, l’an dernier, je n’ai pas entendu un mot de M. Baroin »

Robert Ménard : « On ne peut nier la réalité de l’immigration massive, il y a des zones d’apartheid dans certains quartiers »

Robert Ménard : « Qu’il aille donc manger un jambon-beurre dans certains quartiers sensibles de Trappes, on en reparlera ! »

Robert Ménard : « Emmanuel Macron se joue une comédie… Ses propositions ne sont pas à la hauteur des attentes des Français »

Robert Ménard : « Crèches dans l’espace public : le soutien du pape François, au-delà du cas de Béziers, est important pour les élus qui ne veulent pas renier ce qu’ils sont ! »

Robert Ménard : “À la mairie, il ne doit pas y avoir d’autre drapeau que le drapeau français”

Robert Ménard : “À Béziers, je suis ravi que la vidéosurveillance dérange les libertés des petites racailles”

À lire aussi

Robert Ménard : « Le gouvernement nous ment et nous trompe ! »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleLe maire de Béziers, avec son parler-vrai, évo…