Après douze jours passés en , nous voici à Beyrouth pour la fin de l’opération « Noël en Syrie ». Nous rentrons demain en France, fatigués mais le cœur rempli.

Touchés au début par le sort des chrétiens, en particulier ceux de Maaloula, nous avons réalisé très vite que c’était auprès de tous les Syriens qu’il fallait agir. En évitant toute forme de communautarisme, nous n’enfermions pas les individus dans des préjugés. La réponse a été stupéfiante : les peuples français et syrien ont été remarquables.

L’accueil en a été bluffant. Nous avons été hébergés et sécurisés de façon remarquable par les autorités, contrairement à ce que nous avaient prédit les services du Quai d’Orsay. La gentillesse de l’accueil était la même, que nous soyons dans un orphelinat, une école, une faculté, une église ou même une mosquée. Nous avons été invités à déjeuner systématiquement dès que nous rencontrions une communauté ou une personnalité. Le rire des enfants à la vue des cadeaux, le sourire des parents à la vue des Français… Il était plaisant lorsque nous nous baladions dans les rues de Damas de voir les Damascènes, malgré les outrages de la guerre, continuer coûte que coûte à vivre, à sortir, à aimer.

Les Français, souvent râleurs, ont le cœur sur la main. Il y a eu quatre tonnes de jouets, de vêtements et de couvertures récoltés. Alors que nous avions besoin de 20 000 euros de don pour financer notre projet, cela a été cinq fois plus ! Cet argent va nous permettre d’aider au financement de projets concrets auprès de réfugiés à Damas, de l’hôpital français, de l’école des lazaristes de Bab Touma… J’espère sincèrement qu’à travers ces lignes et cette aventure tous comprendront que la présence et le respect de minorités visibles en tout comme en France est une garantie de paix et de liberté pour TOUS, pour peu que nous refusions fermement toute forme de communautarisme.

Nous avons bien trouvé en France quelques intégristes assez bornés pour nous refuser leur aide sous prétexte que nous pourrions aider des orthodoxes. Bien plus grave, nous trouvons en des djihadistes français prêts à mourir pour imposer par la force une pratique de l’islam à l’opposé de ce que les Syriens veulent.

Ayant la chance d’avoir de nombreux amis musulmans, j’ai pu constater que, tout autant que mes amis catholiques ou athées, ils étaient eux aussi profondément attachés à cette diversité. Je crois que c’est la défense de ces diversités que tous attendent de la France, en Syrie, mais aussi en Arabie saoudite. Quelle tristesse de voir notre Président s’y rendre au moment même où un jeune écrivain saoudien risque la mort pour avoir demandé une pratique plus souple de la religion d’État.

Le ministre du Tourisme syrien nous a expliqué que l’islam avait 1 500 ans, le christianisme 2 000 ans ; la Syrie, elle, a 7 000 ans ! Belle leçon d’humilité pour nous, Français, avec nos 1 000 ans. Belle gifle aussi pour les princes de Riyad, à l’écoute des prêches du grand mufti de Syrie, qui cite volontiers Victor Hugo et appelle chaque homme à garder son libre arbitre.

Une richesse insoupçonnée, aussi, est le travail formidable que fournissent les communautés religieuses, franciscaines, lazaristes, filles de la charité… Elles sont les meilleurs ambassadeurs de paix possible. Tous nous ont assuré du soutien de l’Œuvre d’Orient dont la modestie est aussi belle que l’efficacité. J’ai aussi rencontré quelques-uns de ces 30 % de médecins syriens qui ont choisi de rester à Damas. Leur revenu a chuté de 90 %. 60 % des hôpitaux ont été détruits en Syrie. Le prix des médicaments a été multiplié par trois du fait de l’inflation. Ils font honneur au serment d’Hippocrate et sont une belle image de la dignité et du courage que nous avons vus partout lors de ce Noël en Syrie.

Je prendrai plaisir à entraîner prochainement les lecteurs de Boulevard Voltaire dans de nouvelles rencontres, car nous avons la chance, nous Français, d’être appréciés partout à travers le monde pour de belles raisons. Aussi j’espère, en cette nouvelle année, que la France retrouvera le goût de cette affection et cessera de s’égarer dans la course aux pétrodollars.

Bonne et belle année à tous.

102 vues

30 décembre 2013

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.