Les dirigeants occidentaux (et européens, surtout) sont assis sur un baril de poudre et serrent les fesses : ceci seul peut expliquer leurs injonctions obsessionnelles compulsives à l’adresse de leurs populations de ne voir à aucun prix ce que pourtant leurs yeux voient. Ici des crèches de Noël (à l’abri) dans certains lieux publics constituent, du jour au lendemain, une atteinte inadmissible au principe de laïcité, là, deux décennies durant, des rues de grandes villes bloquées à la face du monde pour des prières vers La Mecque, sans réaction aucune de la part de la laïcosphère ni des politiques.

D’innombrables éléments contribuent en permanence à étayer cette (hypo)thèse : l’ est en expansion en Occident (s’agissant de l’Europe, ici) et le moindre débat ou questionnement (au vu de ce qui se passe au Moyen-Orient, notamment concernant les chrétiens) à propos de cette problématique est qualifié d’islamophobe. Les pères persans du concept ont réussi leur coup au-delà de toute espérance : ils ne pensaient sûrement pas trouver une idiotie utile d’un tel poids – sottise de qualité très supérieure à la moyenne – en ces terres impures et haram (voir Edwy Plenel, par exemple).

Deux informations ont attiré mon attention ces derniers jours. Le 22 mai 2013 fut inaugurée la mosquée d’Échirolles, près de Grenoble, « espace de culte et d’échanges culturels […] dans un cadre républicain […] ouverte à toutes et à tous » selon les termes enthousiastes du site de la ville, par la voix du conseiller municipal Brahim Naami. Dans un sermon prononcé récemment dans ladite mosquée par un certain Cheik Younes Laaboudi Laghzawi (sermon mis en ligne le 25 décembre 2014), « il est interdit aux musulmans d’imiter les chrétiens et de célébrer leurs fêtes […] de ou le réveillon du Nouvel An […]. Notre seigneur dit : Ô croyants ! Ne prenez pas pour amis les juifs et les chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. » Et de rajouter : « Celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. » Dans la droite ligne des développements de l’actualité (et du prêche d’Échirolles), De Telegraaf nous informe que 2014 fut une année record pour l’émigration vers l’État juif, selon les chiffres du ministère de l’ israélien. « Pour la première fois, précise le journal, la majorité des immigrants (7.000 personnes) provient de la France, pays doté des plus grandes communautés juives et musulmanes en Europe de l’Ouest. En deuxième position arrivent les immigrants en provenance d’Ukraine, où sévit à l’heure actuelle une guerre civile […]. Le nombre de juifs néerlandais immigrant vers Israël était également en augmentation l’année dernière », selon le journal. La plupart avouent se sentir de moins en moins en sécurité aux Pays-Bas, ce qui est évidemment en lien avec l’islam. Ainsi de France, pays « en paix » partent plus de juifs vers Israël que d’Ukraine, pays en guerre. Rien que du fantasme islamophobe. Et n’oubliez pas : méfiez-vous des extrêmes !

VIDÉO À VOIR : Pourquoi les juifs de France partent pour Israël

2 janvier 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.