Editoriaux - Politique - Table - Télévision - 11 janvier 2015

Morts en direct…

Le président de la République est encore intervenu à la télévision et, à cause de l’émotion sans doute, il n’a pas été bon du tout, butant sur les mots, jetant trop de rapides coups d’oeil sur son texte et, un instant, presque bafouillant (TF1).

On a entendu que la France avait fait face.

Certes mais, maintenant que tout est consommé, depuis le 7 janvier, vingt morts à dénombrer. À Charlie Hebdo, douze assassinats ; porte de Châtillon, une policière ; porte de Vincennes, quatre assassinats d’otages au début de l’après-midi du 9, dans une épicerie casher, par Amédy Coulibaly, le tueur de Montrouge, qui a confirmé avoir coordonné son entreprise avec celle des frères Kouachi.

Les frères Kouachi sont morts en sortant de l’imprimerie où ils s’étaient réfugiés à Dammmartin-en-Goële, et en tirant avec leur kalachnikov sur le GIGN qui les a abattus. Nul doute que pour leurs émules, les terroristes à venir, ils sont déjà “les martyrs” qu’ils aspiraient à être.

Dans l’imprimerie, un employé caché, Lilian, dont la présence est toujours demeurée ignorée des frères Kouachi, a eu le courage de prévenir par portable le GIGN des mouvements des terroristes et de ce qu’il pouvait entendre.

Coulibaly, lui, avait piégé l’Hyper Cacher et a été tué lors de l’assaut qui s’est déroulé en parfaite concomitance avec celui de l’imprimerie.

À la grande manifestation républicaine prévue le 11 janvier, il y aura foule avec le président de la République, David Cameron, Mariano Rajoy, Matteo Renzi, Angela Merkel, tous les partis politiques sauf le FN qui a tiré les conclusions du sectarisme bête d’un PS qui, décidément, ne comprend rien. Unanimisme, concorde de quelques heures, béatitude démocratique mais cyniquement je m’interroge : quel effet ce moment exceptionnel va-t-il avoir sur ceux qui, bien sûr, vont menacer la France de plus belle après la mort de ces trois terroristes qu’il s’agira de venger ?

Plus notre pays montrera sa capacité à ne pas céder, à ne pas avoir peur, à continuer sa route en s’opposant à l’intégrisme islamiste, à ses diktats religieux et à son antisémitisme, plus, à l’évidence, celui-ci fera de la France son adversaire privilégié. Comment devra faire notre République pour sauvegarder sa dignité et assurer, aussi, sa protection ?

Le Premier ministre a souligné avec lucidité que “quand il y a 17 morts, il y a eu des failles”.

[…]

C’est le futur qui devrait préoccuper les pouvoirs publics plus que de défiler pour la République, alors que celle-ci va probablement subir des assauts répétés dans les mois, dans les années à venir. Inutile de se leurrer en se félicitant d’avoir surmonté tant de tragédies criminelles qui ont bouleversé la nation mais ne l’ont pas tuée !

Le pire sera demain.

Et nous devrons plus que jamais compter sur notre formidable police aussi dénigrée et scandaleusement attaquée au quotidien qu’elle est admirée dans les circonstances exceptionnelles où une solidarité absolue suit ses progrès, ses avancées et ses succès amers.

[…]

Il me plaît de rendre hommage au GIGN, au RAID et à la BRI : je le fais avec d’autant plus de conviction qu’à l’égard de la police, je n’ai jamais eu l’estime hémiplégique ni mégoté ma confiance. Ces corps d’élite sont des protections plus sûres pour notre démocratie que les mots de nos gouvernants.

Encore faudra-t-il ne pas oublier demain la considération qu’on lui porte aujourd’hui, et le gardien Merabet assassiné dans des conditions atroces, le 7 janvier, a illustré héroïquement qu’il n’y a pas de hiatus entre la base et le sommet, entre les gardiens de la paix et les intervenants de la dernière extrémité, quand il s’agit d’une question de vie ou de mort.

Qu’on ne se réjouisse pas trop, pas trop vite. Ces morts en direct, grâce au travail remarquable, notamment, de BFMTV, ont donné lieu à une multitude de menaces et d’appels haineux dans les commissariats.

Dimanche, ce ne sera pas la fin mais le début.

Extrait de : Morts en direct…

À lire aussi

Ne pas aimer le foot féminin, est-ce choquant ?

On a vu apparaître comme des injonctions de s'intéresser au foot féminin, faute de quoi, o…