Editoriaux - International - 25 août 2013

Monopoly sans case prison : l’Italie dit “non”…

L’affaire est grave : dans la nouvelle édition italienne du Monopoly, la case prison a disparu.

Du coup, sept députés de centre gauche ont décidé de dire « non », au nom, sûrement, de l’intérêt supérieur de la nation. Réunis en conclave dans une villa à l’écart des USA et de la NSA, les sept samouraïs viennent d’envoyer à l’ambassadeur des États-Unis à Rome une de ces missives propres à bousculer les grands équilibres internationaux.

Sur le champ, copie de cette lettre fut courageusement publiée par le quotidien Il Corriere della Sera, afin que la population soit tenue au courant de ces événements dramatiques.

On frisa sans doute l’incident diplomatique car, probablement sous le choc, l’ambassadeur américain communiqua illico le tout à qui de droit. On imagine que Barack Obama a dû tout mettre en œuvre pour calmer les faucons de la Maison-Blanche. Des rumeurs disent que des missiles étaient déjà braqués sur le Colisée…

Il y avait vraiment de quoi se révolter, non ? Qui n’a pas joué pendant des heures à ce bon vieux Monopoly ? Qui n’a pas rêvassé en brassant ses belles liasses de biftons ? Qui n’a jamais essayé d’en grappiller un peu plus que de raison ?

Mais le Monopoly sans la case prison, ce serait comme une élection de l’UMP sans magouille ou un chorizo sans piment. Tristounet, quoi.

Le Monopoly, version Taubira, ne verra donc pas le jour car, heureusement, la suppression de la case prison a été démentie…. mais qu’importe : nos vaillants démocrates italiens s’insurgent contre Hassenfeld Brothers (Hasbro, éditeur du Monopoly) car, selon eux, la nouvelle version (Monopoly Empire) va aussi « substituer aux traditionnelles propriétés immobilières des paquets d’actions de grandes multinationales. (…) Ce jeu qui a initié des générations de jeunes au mécanisme de l’économie de marché » sera dénaturé par « un message anti-éducatif qui veut que l’on ne soit pas puni quand on viole des règles ». Et croyez bien qu’en la matière, les députés italiens, de droite comme de gauche, s’y connaissent mieux que d’autres…

Ne reste plus qu’à attendre le Monopoly new look. Avec, à la place de la mythique rue de la Paix ou du boulevard Saint-Michel, l’avenue à Coca-Cola, Nestlé ou eBay ! Et, en guise de pion, les joueurs disposeront d’un mini-cornet de frites McDo ou d’une manette Xbox. Et à la place de la case prison ? Une salle de shoot pourrait être la solution – en matière d’éveil citoyen, s’entend.

À lire aussi

Le gay de l’année victime de discrimination !

Matthieu Chartraire est le symbole de cette bataille culturelle perdue pour la gauche. …