L’Organisation mondiale de la estime à 5 millions le nombre de personnes décédées du Covid-19. Un chiffre qui serait légèrement sous-évalué, selon le média The Economist qui table, quant à lui, sur 17 millions de morts dans le monde. « »Ce nombre, revu à la hausse, me semble bien plus crédible », estime Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique et directeur du département globale de l’Institut Pasteur interrogé par nos confrères du Monde. Entre 5 et 17 millions de morts, donc. D’après le Coronavirus Ressource Center de l’université américaine privée Johns Hopkins, à Baltimore, quelque 255 millions de personnes dans le monde seraient contaminées. Sur les 7 milliards d’habitants que compte notre planète, le taux de mortalité oscille donc entre 0,07 %, si on prend en compte les chiffres de l'OMS, et 0,24 % de la population mondiale, si on en croit The Economist.

Le cas de la France

Les données françaises sont considérées comme très fiables. Ainsi, au 30 juin, le département compétent de l’INSERM avait reçu 130.885 certificats de comportant la mention « Covid-19 ». Un chiffre relativement faible qui doit, en plus, être relativisé car sont comptabilisés les décès dus au Covid en cause dite « contributive » (principale et secondaire mélangées, donc). « On a un nombre important de patients dont le décès a été attribué au Covid simplement parce qu’il subsistait quelque trace de Covid. Or, ils sont clairement décédés de pathologies plus lourdes combinées à un âge très avancé », nuance un médecin de l’hôpital public en gériatrie joint par téléphone.

Vaccin inefficace ?

C’est l’éternelle question. Un an après, nous en sommes toujours au même point et nous nous attendons à voir Jean Castex se prononcer sur la sortie de la cuisine de Papy et Mamie au moment du repas de Noël. Au point que le professeur a admis, ce mercredi, sur France Inter, que « les vaccins protègent assez peu contre l'infection et la transmission ». Un aveu qui en dit long sur la stratégie du gouvernement. Et éclaire les chiffres allemands. Notre voisin d’outre-Rhin affiche, en effet, 50.000 nouveaux cas positifs le seul 17 novembre (sources GHU CSSE Covid-19 Data), un record absolu depuis mars 2020. Pourtant, l'Allemagne affiche un taux de vaccination à peu près équivalent à la France. Des données qui interpellent quand le site vigiacess.org émanant directement de l’OMS recense près de 2.500.000 personnes présentant des « effets secondaires indésirables » suite à la vaccination contre le Covid. « Je me suis trompé et je me tromperai encore », concluait Jean-François Delfraissy, sur France Inter. C’est déjà beau de l’admettre. Reste que ni la vaccination ni le passe sanitaire ne semblent capables d’endiguer définitivement cette maladie qui crée des formes nouvelles. « Il faut s’habituer à vivre avec le terrorisme », disait Manuel Valls. Si on y arrive, gageons qu’on peut vivre aussi avec le Covid sans rogner davantage sur les libertés publiques.

5987 vues

18 novembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

Les commentaires sont fermés.