Marcel Duchamp, un des fondateurs de l’ conceptuel, disait que « l’artiste est inconscient de la signification réelle de son œuvre, le spectateur doit toujours participer à une création supplémentaire en l’interprétant”. Ainsi naissait la « performance artistique ».

Depuis, l’idée est devenue norme, et les « performances » s’enchaînent pour tenter d’imposer « le nouveau, le différent et le révolutionnaire ». La semaine dernière, Milo Moiré publia une vidéo où on la voit inviter des inconnu(e)s, de différentes villes européennes, à caresser ses seins et ses parties intimes (laissant le choix d’y introduire, ou non, des doigts). La « performance » fut tout de même partiellement cachée par une boîte de miroir.

Milo Moiré expliquait en 2015 : « pour créer de l’art, j’utilise la source originale de la féminité, mon vagin ». Ainsi, une de ses « performances » consista, en plein , à utiliser son vagin afin d’expulser des œufs remplis de peinture sur un canevas blanc. Aussi, chacune de ses « performances » est dédiée aux droits des femmes. On retiendra donc que quand le « patriarcat » réduit la femme à son seul , il ne fait au final que défendre le droit des femmes.

Je n’ai pas la prétention de m’affirmer comme connaisseur en arts ; je suis même plutôt ignorant en la matière. Cependant, des noms tels que de Vinci, Rembrandt ou encore Bierstadt sont incontournables. En exigeant d’eux-mêmes l’excellence, ils ont pu forcer le respect et l’admiration. Aussi, ils aspiraient constamment à dépasser la qualité de ce que les générations précédentes, telles que les Grecs, avaient pu produire.

Souvent, j’ai entendu dire que « l’art est le reflet de son temps ». Si tel est le cas, alors notre époque n’a vraiment plus grand-chose à raconter, reflétant, au mieux, notre déclin. Par conséquent, je me demande si cet « art conceptuel » ne sera pas, un jour, rebaptisé « art déclinant ».

Aujourd’hui, l’inutile et le stupide sont considérés comme des chefs-d’œuvre. Par exemple, il aura fallu trois ans pour -Ange pour sculpter le David. A contrario, et en 2012, il suffira de 11 jours pour Michael Heizer pour livrer au musée d’art de Los Angeles un rocher de 340 tonnes. Le tout pour une valeur de 10 millions de dollars. Le Los Angeles Times désigna même cette œuvre comme « bonne sculpture, sinon formidable ».

Pourtant, il existe d’excellents artistes contemporains. Par exemple, Ron Mueck sculpte des corps humains dans leurs plus minutieux détails et d’une manière jamais égalée. Prouvant que l’argument si souvent étayé du « on est obligé de faire autre chose, car on ne saura jamais faire aussi bien que la photo » a toujours été un mensonge afin de masquer la médiocrité de nombreux artistes contemporains.

Et si, finalement, tout se résumait au fait que ces artistes se savent inférieurs à leurs ancêtres ? Finissant alors par se résigner, ils ont remplacé le transcendant par le trash, afin de parodier l’art car conscient que, jamais, ils ne seront de véritables artistes.

30 juin 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

« La France n’a pas colonisé l’Algérie. Elle l’a fondée. »

On l'oublie souvent, mais l'identité algérienne n'existait pas avant 1830. …