L’évêque d’Angoulême, Mgr Claude Dagens, est un prélat « de progrès ». Préférant – comme nombre d’hommes de sa génération – la cravate au col romain, normalien et académicien, il développe depuis des années une vision de l’Église et du monde typique de l’immédiat après-concile, lorsque l’ouverture au monde et la modernité séduisaient les jeunes clercs : ceux qui prirent le parti de l’enfouissement au cœur du monde. Quarante ans et deux générations plus tard, les dégâts semblent irréparables.

Mgr Dagens est un véritable républicain : non – comme la plupart de ses confrères – par ignorance ou désintérêt de toute philosophie , mais bien par conviction profonde. Plaidant pour une relation Église – État – , il a abandonné la doctrine traditionnelle de distinction du spirituel et du temporel pour se rallier à la séparation. Ce qui pose deux difficultés : d’une part, le régime politique français est fondé sur deux piliers ( absolue de la volonté individuelle et laïcité) en opposition frontale avec l’essence même de la foi chrétienne ; d’autre part, la fin dernière de l’homme étant la vision de Dieu, un chrétien ne peut sans sérieuses réserves adhérer à un système qui relègue la vie spirituelle à la sphère privée. À moins de considérer que la forme des institutions et la vie politique n’ont aucune influence sur les âmes.

Dans ce cas, le séparatiste Mgr Dagens devrait nous expliquer de quel droit l’Église intervient dans le débat politique et ne laisse pas à ses fidèles une absolue liberté. Il y a là une contradiction qui ne semble pas le gêner. Pourtant, notre évêque n’a jamais ménagé ses critiques à l’encontre des catholiques « de conviction », c’est-à-dire ceux pour qui la foi n’est pas un vague humanisme bêta. Sans craindre de mélanger dans l’opprobre manifestants du printemps 2013, lefebvristes à qui Rome tend la main, et chrétiens d’Orient lorsque notre prélat a prôné un soutien armé aux syriens… Mgr Dagens n’aime guère les catholiques visibles.

Désormais, Mgr Dagens s’engage dans un combat urgent : la lutte contre le Front national. Au sujet duquel il se fend d’une tribune dans le JDD sobrement intitulée “Prenons nos responsabilités face au Front national et au discours de la peur”. Il y écrit : « J’entends de la part du Front national un discours qui ne fait pas appel à des valeurs mais qui fait appel à la peur, peur de l’inconnu, des inconnus, des gens qui viennent d’ailleurs. » Le propos se prolonge, deux lignes plus bas : « Il draine […] une volonté de récupération d’un catholicisme intransigeant. » Eh bien, nous y voilà : les catholiques de conviction sont des suppôts de Le Pen, à moins que ce soit le contraire. Brillante réflexion qui fera, à n’en pas douter, avancer la société française vers le bien commun.

L’évêque a une triple fonction : gouverner, enseigner, sanctifier. Si nos épiscopes souhaitent s’engager dans le débat politique, qu’ils le fassent après avoir rempli les devoirs de leur charge. Et sans exclusive a priori : il se trouve, en dépit de leurs efforts, que nombre de leurs ouailles votent « mal ». Il serait peut-être temps de s’interroger sur leurs motivations. On ne saurait trop conseiller à Mgr Dagens une tournée des paroisses, une rencontre approfondie avec ses fidèles, avec tous ses diocésains. Qui lui ouvriraient les yeux sur les réalités de leur vie, loin du Quai Conti.

7 janvier 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Remettre la Justice au service de la justice

Le secret professionnel n’est pas là pour protéger l’avocat. Il protège son client qui doi…