Ce mardi 18 novembre a été un mardi noir pour le Wall Street du ballon rond. Deux bombes ont explosé au-dessus des terrains en même temps, provoquant la chute du Black 40, l’indice de crédibilité de Pape Diouf, moraliste et gardé à vue, désintégrant l’image vaguement ripolinée d’un foot hexagonal gavé de Benzenul et de loustics en Ferrari. Cervelle de moule, vigueur de bulot, les « experts » du jeu à onze ont gerbé dans le confessionnal télé toute la sainte journée. La frousse. La drouille en fusion le long des pantalons. La maison foot est menacée dans ses fondations.

Dire que, drapé dans ses beaux sentiments, il y a encore quelques jours, Pape Diouf appelait les joueurs noirs « à boycotter une journée de championnat » suite aux déclarations de Sagnol. Il n’aura plus le temps de jouer au père la morale ces prochains jours !

Son collègue Vincent Labrune, président de l’OM, a été comme lui interpellé par les flics le jour du match des Bleus à . L’ambiance était lourde. Sur place, le correspondant d’i>Télé semblait craindre une perdue. Je parle de mistra, bien sûr. Oui, des balles perdues, le trio ball-chevik, la troïka des impurs, Labrune, Diouf (président de Marseille de 2004 à 2009) et Dassier (2009-2011) vont en ramasser à la pelle ! En ces temps de , l’hiver sera ardent. J’oubliais : les gaillards ont été gardés à vue dans le cadre de l’enquête sur le transfert d’André-Pierre Gignac, le buteur gitan de l’OM. Oui, je sais, ça fait encore plus glauque. Pour faire simple, la répartition des commissions liées au transfert — en 2010 — se serait faite un peu bizarrement. Mais n’allez pas trop parler de magouilles ou de blanchim… Non j’ai rien dit. C’est sans doute encore un complot parisien contre la cité phocéenne.

Une mauvaise nouvelle arrive rarement seule. 21 ans après l’affaire VA-OM, c’est le tour de , et sans doute d’autres clubs de seconde division, d’être embourbés jusqu’à l’écharpe de supporter dans un scandale de matchs arrangés. Déjà que le spectacle proposé par le championnat de est d’une nullité assommante, si en plus les résultats sont pliés d’avance… En mai 2014, le match Caen-Nîmes s’était terminé sur un nul 1-1 salvateur pour les deux clubs : les Normands montaient en L1, les « Crocos » se maintenaient en L2. Pour assurer le coup, et le match nul, le président nîmois aurait offert… 400 bouteilles de vin à son homologue. De quoi fêter ça !

Sentant le vent du boulet se rapprocher, l’inénarable président de la ligue professionnelle Frédéric Thiriez, coupe de cheveux des années 30 et lunettes de Léon Blum, fit une déclaration sur l’honneur de « tout faire ce qui était en son pouvoir blablabla et de lutter avec toute sa force, etc. » ; Sorte de Copé du foot, notre saint homme n’est bien sûr au courant de rien. Rassurez-vous, Français, il n’y pas que la qui sent le poisson pourri…

20 novembre 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Le gay de l’année victime de discrimination !

Matthieu Chartraire est le symbole de cette bataille culturelle perdue pour la gauche. …