« J’ai l’impression que les harcèlent beaucoup les Parisiens », vient de déclarer sur l’antenne de i>Télé. Pas vraiment un scoop. Pas besoin d’être sorti de Polytechnique pour trouver ça. Pour qui brigue la mairie de Paris, c’est même le minimum. Pourquoi pas aussi : « J’ai l’impression qu’il y a souvent des embouteillages sur le périphérique… » Dans la vraie vie, c’est-à-dire pour beaucoup de gens, c’est même un peu plus qu’une impression. Pour ceux, par exemple, qui cherchent désespérément leur portefeuille depuis la dernière fois qu’ils sont allés dans le métro ou autour d’un musée parisien. Ils appellent ça une réalité.

Impression pour NKM, réalité pour les Parisiens, objet de scandale pour la gauche. crie à la « stigmatisation », et Danièle Simonnet, candidate du Front de gauche à la mairie de Paris, dénonce chez la candidate un « discours d’appel à la haine ».

Parce qu’avec la gauche, pas de traitement de faveur : quiconque appellera à la stigmatisation et à la haine sera puni. Même la réalité. Au garde-à-vous comme tout le monde. Si la réalité croit qu’elle va faire le mariole, on va la faire taire et la mettre au pas. C’est même une spécialité socialiste : tordre le cou à la réalité.

Sauf dérogation exceptionnelle, naturellement. Quand un petit camarade, comme , maire de Lille et présidente de la communauté urbaine, se trouve être en situation délicate. Entamé en juillet dernier, « le démantèlement complet du camp rom de Lille-Sud a eu lieu mercredi matin, entre 7 h 30 et 8 h ; une trentaine de policiers se sont déployés sur le site, assistés de dépanneuses, de bulldozers et de camions de nettoyage. L’opération s’est déroulée en moins de deux heures », nous explique La Voix du Nord. Mais sans stigmatisation, et avec beaucoup d’amour, on s’en doute. Les bulldozers sont très réputés pour leur côté affectueux. Et d’ailleurs, c’est pour le bien des Roms, les lieux étaient si insalubres. Allez, gros baisers de Martine. Ciao, ciao.

La dame a refilé gentiment le bébé encombrant aux communes voisines, quelque part entre Lille et Roubaix. Des péquenots, des culs terreux qui, eux, n’ont pas le prétexte de la construction d’un grand centre commercial sur leurs terres pour se débarrasser du problème. Là-bas, pas de stigmatisation, mais l’amour qui commence quand même à flancher… Avec, depuis plusieurs semaines, la hausse exponentielle des plaintes.

Emporté par son exaspération, et après que des balles aient été tirées à blanc par un paysan venant de se faire délester d’une trentaine de volatiles dans sa basse-cour, Régis Fauche, le maire UMP de Croix, a fait l’analogie avec l’affaire du bijoutier de Nice : « Si un Croisien commet l’irréparable, je le soutiendrai. » Une déclaration malheureuse, comme le reconnaît lui-même l’intéressé, qui a commotionné, on s’en doute, toute la gauche de la région. Et spécialement… Martine Aubry, qui se déclare « profondément outrée » et parle « d’appel à la violence ».

C’est vrai que l’on peut se demander si, dans un tel , les Roms sont tout à fait en à Croix. Après tout, les travaux pour le centre commercial n’ont pas commencé, et des sanisettes sont si vite montées… Si on les accueillait en lieu sûr, dans une municipalité gérée par une personne responsable, sur un terrain qui leur est familier ? Sur le site de Lille-Sud, en somme, d’où on a eu l’idée saugrenue de les chasser. Martine Aubry sera tellement heureuse ; ses électeurs aussi, d’ailleurs…

20 septembre 2013

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

C’est décidé, Marlène Schiappa veut créer des QSR : « quartiers sans relous » !

La lourdophobie n’est-elle pas à l’esprit ce que la grossophobie est au corps ?  …