Editoriaux - Politique - 20 mai 2019

Marlène Schiappa et Nick Conrad : une indignation si discrète…

« J’ai brûlé la France… LA DROITE s’insurge contre le nouveau clip de Nick Conrad, Castaner saisit la justice » (20 Minutes), “Je brûle la France : tollé à DROITE après le nouveau clip de Nick Conrad, l’auteur de Pendez les blancs” (LCI), « le rappeur Nick Conrad à nouveau dans le viseur de la DROITE » (Le Huffington Post), tels sont les titres que l’on pouvait lire dans la presse, dimanche.

Comment ça… « la droite » ? Faites-moi peur, les amis, parce que la gauche, elle, ne s’insurge pas que l’on affirme « baiser la France jusqu’à l’agonie », ne fait pas de tollé quand on prétend « brûler la France », n’a pas dans le viseur celui qui fanfaronne « poser une bombe sous son panthéon » ?

Dans un tweet, dimanche 19 mai, notre ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a quand même « [condamné] sans réserve et sans ambiguïté les propos inqualifiables et le clip odieux de #NickConrad » et affirmé  saisir le procureur de la République“À [sa] demande, la plateforme Pharos œuvre au retrait de ce qui n’est rien d’autre qu’un appel à la haine de notre pays et à la violence”

Lundi matin, la vidéo – montrant notamment le rappeur à quatre pattes sur une femme qu’il plaque au sol et tente d’étrangler après l’avoir suivie – était toujours visible en deux clics pour le quidam moyen n’ayant, comme moi, aucune compétence informatique. Il semblerait qu’il soit plus facile d’interdire l’accès aux contenus émanant de la mouvance identitaire. La technique parfois a ses mystères.

Benoît Hamon lui, interrogé par Sud radio, annonce… roulements de tambour… attention, attention… « [son] total désaccord avec ce que [Nick Conrad] a dit ». “Total désaccord” ! quelle force, quel souffle, quelle détermination dans la désapprobation. Même pas un tout petit poil d’accord pour brûler la France ni poser une bombe sous son Panthéon.
Ce service minimum expédié, il s’interroge néanmoins : « qu’est ce qui relève de la liberté de l’artiste et qu’est-ce qui relève du message politique ? », et met en garde : « Attention à ne pas condamner, brûler Gainsbourg, Brassens et beaucoup d’autres avant ! ». C’est Mozart qu’on assassine. Benoît Hamon nous joue de la flûte, mais au vu des sondages, pas sûr que les Français soient enchantés. Il est vrai comme le fait remarquer finement Le Figaro que “Benoît Hamon joue son va-tout dans les quartiers populaires » : « Si la présidentielle était à Barbès, je serais élu dès le premier tour avec 80 % des voix », s’est-il vanté à la cantonade, selon le quotidien, sur le marché du même nom. Craint-il que se fâcher avec les amateurs de rap, même le plus trash, le propulse définitivement tout au fond de la cuve du scrutin européen ? Barbès vaut bien une messe.

Reste bien sûr Marlène Schiappa. Parce qu’une femme si prompte à voler au secours de celles qui subissent l’affreux outrage d’un bisou envoyé d’une tribune de l’Assemblée n’a pu que tomber en pâmoison devant cette mise en scène d’étranglement.

Penses-tu. Elle révèle l’avoir découvert via « quelques comptes Twitter [l’interrogeant] au sujet d’un clip de rap dont [elle] ignorait comme beaucoup l’existence ». Elle rajoute que « ce clip injurieux/violent (aucune mention de la femme étranglée, NDLA) a été signalé à juste titre aux autorités compétentes par le ministre de l’Intérieur. [Elle] ne pense pas nécessaire de lui faire + de pub. »
L’argument est malin. On ne s’indignera pas car ce serait rendre service à Nick Conrad, hé hé. Un peu, comme pour l’art contemporain dont la cote est proportionnelle à la réaction suscitée. C’est donc pour rendre service à des individus comme Éric Zemmour et lui permettre obligeamment de vendre ses bouquins – quelle chic copine – que Marlène Schiappa en fait régulièrement des tonnes sur son compte.

Marlène Schiappa est d’ailleurs déjà passée à autre chose. dans le tweet suivant, elle réserve ses flèches acérées à François-Xavier Bellamy qui refuse de condamner l’Alabama et ses réformes législatives sur l’IVG. Le doux, le policé, l’aimable tête de liste LR est TELLEMENT plus inquiétant que Nick Conrad.

À lire aussi

Rentrée littéraire : de Moix à Buisson, il est tellement de bon ton de balancer son père !

Le vieil adage préconisant de « laver son linge sale en famille » avait ses vertus. …