semble actuellement sans rival sérieux. L’émission « Des paroles et des actes » l’a confirmé ce jeudi soir… La présidente du FN y a dominé les débats, donnant l’impression que ses adversaires ont une guerre de retard. Face à ce bloc de granit, presque impossible à faire bouger d’un millimètre, il y avait une armée de desperados, armés de pistolets à eau.

La production avait, il faut le dire, concocté un menu royal à la blonde inoxydable : véritable gâteau d’apéro vivant, le président du RC Mourad Boudjelall fut croqué avec gourmandise. Trop facile pour Marine : discours éculé au possible, souvent confus, récité par un arriviste bling-bling…

Sur l’, le député Lamassoure fut salué comme un cadeau par Marine Le Pen : « Vous êtes l’incarnation de l’Union européenne, merci de votre présence. » Du haut de ses 70 ans, Lamassoure essaya de faire pleurer dans les chaumières en serinant l’éternelle chanson : la France et l’Allemagne ont fait la paix, c’est grâce à l’Europe, on s’aime tous, faisons-nous des bisous, etc. « Il faut changer l’Europe », continua-t-il, avant que la reine de l’Audimat montre soudain les affiches des , PC, UMP et PS depuis 1979 avec toujours le même slogan (« Changer l’Europe »). Le coup porta cruellement….

Le chapitre de l’ fut un jeu de massacre. Lenglet, spécialiste de la chaîne, parut refuser le combat, admettant… qu’on pouvait effectivement sortir de l’euro… Vint le tour de Jean-Claude Volot, du MEDEF, qui se dit d’accord sur certains points avec elle tout en affirmant que seul l’euro était viable. Il avoua ensuite qu’il travaillait… en dollars… avant de souhaiter, dans une belle fulgurance de collabo, qu’il souhaitait ardemment que la France fût mise « sous tutelle de Bruxelles » !

Le meilleur était à venir. La victime s’appelait Jean-Pierre Mercier, présenté par Pujadas comme porte-parole de la CGT « et de Nathalie Arthaud », ajouta Marine Le Pen. Le bonhomme se mit en colère tout rouge. « Vous êtes là pour canaliser la colère du peuple. Vous faites quelques manifs et après vous dites aux ouvriers de rentrer chez eux », lui répondit sèchement celle qui recueille désormais largement le vote ouvrier. Le problème de l’ lui revenant en pleine poire, Mercier prit des airs lyriques : « Roumains, Bulgares, tous les travailleurs étrangers sont mes frères. »

En guise de digestif, Marine Le Pen savoura la journaliste Anne Fulda, sorte de rajeunie à la sauce Bogdanoff. Le grand reporter du Figaro joua son rôle de bourgeoise suffisante, déclarant que « le programme du FN est inapplicable ». Jugement sans appel qui fit dire à l’intéressée : « Mais quelles sont vos compétences pour dire ça ? »

Pujadas pouvait fermer le ban. L’émission avait confirmé la pente savonneuse sur laquelle est engagée la classe politique au pouvoir : sans idées nouvelles depuis 30 ans, elle laisse au FN le beau rôle…

11 avril 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

0 0 vote
Votre avis ?
0 Commentaire(s)
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Le gay de l’année victime de discrimination !

Matthieu Chartraire est le symbole de cette bataille culturelle perdue pour la gauche. …