Il y a quelques années, voire encore quelques mois, un tel titre aurait été impensable. Le Front national était ostracisé, les sorties de Jean-Marie Le Pen plaçaient le mouvement en dehors de la sphère républicaine et le simple scénario d’une victoire du parti frontiste relevait de la science-fiction.

Aujourd’hui, l’idée d’une accession à l’Élysée de Marine Le Pen fait son chemin. C’est encore très improbable mais plus impossible. François Hollande, se préparant à cette idée, a introduit dans la loi la possibilité de destituer le président de la République. Les milieux financiers analysent plus ou moins secrètement les conséquences d’une telle victoire et l’opinion, ravagée par des décennies de bipartisme, se met à entrevoir quelque chose de différent, une alternative.

Il faut dire que les manœuvres de l’appareil ont permis à ce dernier d’adopter une normalité qui étonne chaque jour. Bien souvent, le FN se montre moins réactionnaire qu’une certaine frange de l’UMP et plus social que la plupart des dirigeants du PS. Les révélations récentes quant à l’homosexualité de Florian Philippot confèrent la touche ultime qu’il manquait au parti pour rentrer dans la sphère médiatico-compatible. À la lumière de cet outing sauvage, on comprend mieux la prudence de Marine Le Pen lors de l’épisode du mariage pour tous. Oui, même au Front national, il y a des humains. Des gens avec des sentiments, y compris amoureux. On ne pourra plus désormais pointer du doigt la bête immonde quand celle-ci partage les mêmes mœurs que les progressistes de gauche.

Les obstacles tombent les uns après les autres. Même l’idée d’un référendum sur la sortie de l’euro ne fait plus peur. Chaque Français constate jour après jour les ravages de cette Europe, avec la crise grecque qui ne cesse de revenir sur le devant de la scène. Le Russie affaiblie par des sanctions décidées sur un coup de tête pourrait entraîner notre continent dans sa chute. L’État islamique nous plonge au bord du chaos et nous nous divisons sur des querelles de cour d’école.

Et si, en 2017, à l’issue d’un second tour Hollande-Le Pen, le Front national arrivait au pouvoir ? J’entrevois deux scénarios. Le premier serait que même le FN devrait se confronter violemment au principe de réalité : des traités européens, des institutions bloquantes et une marge de manœuvre ultra-réduite. Il ferait passer des mesures symboliques qu’attendent majoritairement les Français et se contenterait de gérer le pays avec des députés UMP ayant assuré la défection de leur camp.

Le second scénario, le plus redouté et pas le plus improbable, serait celui d’un chaos. Le Front national souhaitant prouver qu’il peut agir sur la vie politique ferait les réformes promises. Dans les rues, de grosses manifestations étudiantes, des sans-papiers en colère. Un affrontement. La question est : cet affrontement entre deux France n’est-il pas devenu inévitable ? Est-ce que « l’encadrer » serait la solution imaginée secrètement par tous les partis ? Le système n’est-il pas en train d’offrir le trône à l’ennemi de toujours pour effectuer le « sale boulot » qu’ils rêvent de faire mais que leur bien-pensance leur interdit ne serait-ce que d’évoquer ?

Du Front de gauche à la Droite forte, c’est l’occasion de se payer une révolution sans mettre les mains dans le cambouis pour ensuite revenir paré des habits de sauveur. C’est bien connu : les changements de société et les réformes se sont toujours faits sur les cendres.

20 décembre 2014

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.