Accueil Discours “Mariage pour tous” : le fantôme de la droite

“Mariage pour tous” : le fantôme de la droite

La campagne des primaires à droite bat son plein, les croche-pattes entre candidats se succédant à grande vitesse par médias interposés. Ces sorties médiatiques masquent difficilement le manque de projet de société des prétendants à l’investiture. Qu’en est-il, par exemple, de la loi Taubira offrant aux couples homosexuels la possibilité de se marier et d’adopter ? Si une grande majorité des sympathisants de la droite souhaite qu’elle soit abrogée, ou à tout le moins modifiée, les principaux candidats sont beaucoup plus timorés et ambigus.

Que retenir des programmes ou ébauches de plates-formes de l’ensemble des candidats des Républicains ? Surtout des programmes économiques d’austérité plus ou moins audacieux. Alain Madelin a même parlé récemment de “purges”. Mais sur les valeurs, aucune vision ne se démarque. Les différences sont essentiellement des nuances ou des différences de caractère entre les principaux candidats. Dommage pour le débat d’idées et dommage pour les sympathisants dont les valeurs conservatrices ne sont pas vraiment représentées. Un exemple frappant : la loi Taubira sur le mariage homosexuel.

Il n’y a pas si longtemps, la Manif pour tous rassemblait des millions de personnes dans les rues pour refuser qu’une simple loi puisse changer un paradigme civilisationnel millénaire. Et la mobilisation ne semble pas retombée, du moins dans les esprits. Selon un récent sondage d’OpinionWay commandé par le journal La Croix, seuls 31 % des personnes certaines de voter à la primaire souhaitent le “maintien de la loi Taubira en l’état”. 40 % veulent des aménagements et 28 % une suppression pure et simple du texte. Une grande majorité de 68 % souhaite donc que la loi Taubira soit modifiée.

Pourtant, malgré cette mobilisation massive de leurs électeurs, jamais vue depuis les années 80 et les manifestations pour l’école libre, malgré les sondages, malgré les questions qui leur sont systématiquement posées dans les réunions publiques, les candidats à la primaire de la droite éludent soigneusement cette question. De même, dans le projet politique du parti Les Républicains, la loi Taubira n’est même pas évoquée parmi les dizaines de propositions soumises à l’approbation des adhérents.

Seuls Hervé Mariton et Jean-Frédéric Poisson – crédités chacun de 1 % des intentions de vote – se sont déclarés en faveur de l’abrogation du texte. Bruno Le Maire et François Fillon plaident pour des aménagements pour le moins flous. Parmi les favoris, Alain Juppé s’est prononcé pour le maintien de la loi Taubira et l’adoption homosexuelle, et Nicolas Sarkozy semble hésiter et fait évoluer son discours selon les auditoires auxquels il s’adresse. Selon le premier Baromètre des patriotes publié par la plate-forme Oz ta droite ! de Robert Ménard, 7,8 % seulement des 51 mesures prônées par le mouvement du maire de Béziers, “véritables marqueurs idéologiques”, se retrouvent pour l’instant dans l’ébauche de programme de Sarkozy. Et Oz ta droite ! de se demander si ce dernier “changera encore d’avis sur la loi Taubira”

On reproche souvent aux hommes politiques de trop suivre les sondages et de flatter les opinions de leurs électeurs et de leurs militants. À l’inverse, en faisant la sourde oreille à la volonté d’une grande majorité des électeurs de droite de remettre en cause la loi Taubira, ils « risquent » de paraître déconnectés et de favoriser l’abstention ou l’extrême droite. Qu’on ne vienne pas s’en plaindre. 

À lire aussi

Air France : une inspectrice du travail SUD qui vient en aide à un salarié CGT, ça fait désordre

La direction d’Air France a décidé d’intenter un recours hiérarchique devant le ministère …