Hier, en ces colonnes, était pointé l’affaissement intellectuel du monde politique. Mais plutôt que de désespérer sur tant de lait versé, pourquoi ne pas, aussi, trouver des raisons d’espérer ? En cherchant bien, on trouve !

Ainsi, Mansour Kamardine, député LR de Mayotte, vient-il d’accorder un entretien plus que décapant à la chaîne Front populaire, de Onfray. Ironie de notre époque que celle voulant que l’homme de droite trouve désormais son miel chez des hommes de gauche : Régis Debray, Jean-Pierre Chevènement et, bien sûr, Michel Onfray, pour ne citer qu’eux. Une gauche très maladroite, dira-t-on. Certes, mais si l’actuelle droite se résume à Édouard Philippe, Gérald Darmanin et Xavier Bertrand, la gauche devient éminemment fréquentable…

Même étiqueté LR, qui sait vraiment de tel ou tel côté de l’échiquier politique campe Mansour Kamardine ? Peu importe. Car, justement, ce qui lui importe est la réalité des faits, têtus, comme chacun sait. L’immigration de masse ? « Imaginons un seul instant qu’on dise aux Français que les immigrés de France métropolitaine représentent quelque chose comme 40 millions, sur une population de plus de 65 millions. […] C’est exactement ce qui se passe à Mayotte, confrontée à une invasion migratoire barbare. »

Notons que Mansour Kamardine est de peau noire et de confession musulmane, ce qui ne l’empêche nullement de se sentir pleinement français. Il n’est, d’ailleurs, pas le seul : lors des européennes de 2019, huit territoires ultramarins sur onze ont majoritairement voté pour le dont la liste était menée par . De quoi faire rougir de honte la bourgeoisie conservatrice du Grand Ouest parisien qui, elle, a plébiscité la liste macroniste.

De même, on notera encore que, déjà en 2017, à quelques mois de l’élection présidentielle, il était noté sur ce site, à l’occasion d’une visite de Marine Le Pen à Mayotte : « Là, dans ce petit bout de France, où l’ est religion majoritaire, le grand cadi, chef spirituel de cet islam traditionnel et imperméable aux dérives fondamentalistes financées par l’Arabie saoudite, lui a solennellement affirmé que tous les musulmans mahorais “imploraient Dieu que la présidente du FN devienne présidente de la en 2017” ! »

On ne peut évidemment comprendre ce soutien si l’on oublie que l’outre-mer est en première ligne face aux invasions migratoires. « Peut-on parler de Grand Remplacement ? », demande le journaliste de Front populaire à Mansour Kamardine. Réponse : « Ce qui fait le mal français, c’est le non-dit. Aussi longtemps qu’on ne nommera pas les choses, je pense qu’on n’apportera pas de vraies réponses aux vrais enjeux. […] À Mayotte, nous assistons à une situation de Grand Remplacement. Je ne vois pas d’autres termes. Deux chiffres : de 2012 à 2017, 40.000 personnes sont arrivées et près de 30.000 ont fui. »

Une submersion qui s’accompagne d’une vague de délinquance : « 80 % des personnes en prison sont d’origine étrangère », poursuit Mansour Kamardine, qui voit ce qui se passe dans son île comme un avant-goût de ce qui pourrait bien survenir en métropole. Il est vrai qu’il y a à apprendre de cet amoureux sincère de la mère patrie, déjà venue à Mayotte à la fin du XIXe siècle pour la protéger des visées expansionnistes des Comores, « îles qui ont fait le choix de l’indépendance, alors que nous avons fait celui de la France », tient-il à préciser.

Et le même d’ajouter : « Mayotte aurait pu être, mais pourrait être encore un bel exemple de la pratique de la religion musulmane, apaisée et en conformité avec les lois de la république. Mais les Comores continuent d’exporter des pratiques , radicales et vindicatives. »

Au lieu d’écouter Assa Traoré et autres illuminés gaucho-islamistes, il serait peut-être plus sage de prêter une oreille attentive à ce Mansour Kamardine qui nous parle d’or.

21 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

5 3 votes
Votre avis ?
21 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Pass sanitaire : ça a du mal à passer, dans la majorité présidentielle !

Le pass sanitaire a du mal à passer, à l’Assemblée. D’où cette pièce de boulevard, avec le…