Mahométans, soyez « discrets » : chaque chose en son temps !

Dans un entretien accordé au quotidien La Provence publié ce mercredi, et tout comme Jean-Pierre Chevènement quelques jours avant lui, Manuel Valls recommande aux conquérants de se faire plus discrets. S’agit-il d’une coïncidence ou aurait-il compris, lui aussi, tout benêt qu’il est, que la discrétion est la condition d’une substitution ethnique réussie, que, comme l’auteur du Lion et le Rat le dirait, « patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » ?

En effet, et sauf l’infini respect dû à l’infinie douleur des proches et aux victimes, que font les petits excités à la kalachnikov ou au “burkini”, sinon attirer l’attention, de manière intempestive, irréfléchie, totalement irresponsable et totalement contre-productive, sur le processus en cours, tourner les regards vers les ténèbres qui montent à l’horizon, alerter ceux qui ne le sont pas encore, les tirer de leur funeste torpeur ? Le tapage que font les petits excités à la kalachnikov ou au burkini n’a-t-il pas fini par réveiller certains parmi les plus endormis ? Avec leur inconséquente frénésie, leur irrépressible autant que déplorable envie de précipiter les choses, ce besoin imbécile et forcené d’aller plus vite que la musique, les Mehri, les frères Kouacha, les Koulimachin et cætera, ne sont-ils pas les plus efficaces adversaires de leur cause, cette cause qu’ils prétendent défendre et, par défaut, les plus fiables alliés, sinon les seuls, de ceux qu’ils haïssent et prétendent anéantir ?

Comment, d’un côté, espérer surprendre, pour les détruire, une langue, une culture, des traditions et tous ceux qui se sont endormis dessus comme sur des lauriers, comment, surtout, anéantir une race et des gènes rivaux si, d’un autre côté, de sombres abrutis au QI d’animateur télé se mêlent de les réveiller en sursaut par le fracas de leur impatience, éclaboussant de sang leurs rêves les plus doux ?

Notre dénatalité contre leur fécondité, notre pilule et notre avortement contre le « ventre de leurs femmes », leur opportunisme contre nos renoncements, leur ahurissante cruauté contre notre ahurissante naïveté, leur soif de conquête contre notre lâcheté : faut-il que nos petites crapules encapuchonnées soient stupides, faut-il qu’ils soient confits, pourris, de jeux vidéo, de collège unique, de publicité, de jeu de ballon et de télé-réalité, nos Merhi, nos Kouacha et nos Koulimachin, leurs quelques neurones restant micro-ondés par les ondes radio et télé, pour ne pas comprendre qu’ils ont gagné, depuis longtemps gagné, et que s’ils ont gagné, ces sombres abrutis, nos involontaires alliés, si les mahométans ont gagné, ce ne sera vraiment pas grâce à eux, les Merhi, les Kouacha et les Koulimachin en burkini, mais bien grâce à ceux qui ont su, qui savent et qui sauront, le temps qu’il faudra, “accepter la discrétion” !

À lire aussi

Monsieur Juppé, vous vous plaignez… mais vous récoltez ce que vous avez semé !

Monsieur Juppé se plaint encore, se plaint toujours, s’apitoie sur son sort. Il est dans s…