Tout va bien, braves gens, sont en ordre de bataille, les fils prodigues – et pas des prodiges – sont revenus au bercail, ce petit monde est remonté comme une pendule après l’expédition du Trocadéro ; pas celle de 1823, celle de dimanche dernier.

Mobiliser 200.000 personnes (selon les organisateurs) – la fête des voisins avant l’heure, disent les mauvaises langues – convainc les Républicains que la route vers la victoire ne comporte plus d’obstacles et que tout le monde se fout bien des affaires juridico-émotionnelles de la famille Fillon.

La applique avec une constance remarquable la grande tradition consistant à être en retard d’une guerre. Face à elle, la reste en avance. Mais cette fois-ci, notre brave droite pseudo-traditionnelle oublie tout de même que la variable décisive dans cette élection, ce sont beaucoup d’électeurs qui n’ont pas forcément accès aux médias de la réinformation, aux , et vont encore moins se promener place du Trocadéro.

Madame Michu, elle est abreuvée quotidiennement par le “13 Heures” de , les journaux télévisés de monsieur Drahi, la presse nationale de monsieur Bergé et de la PQR de monsieur Baylet… Et pour décoller l’idée que le Fillon a piqué le pognon du peuple du cortex cérébral de la brave dame, il va falloir faire preuve d’imagination !

Le laminoir implacable de la gauche mondialiste est en marche ; d’abord, on a placé des fusibles aux postes traditionnels : Cambadélis au PS, Hamon comme porte-flingue pour les , le tout en assurant la promotion d’un sous-marin nommé Macron. Car Macron a cet avantage incontestable que c’est un inconnu, ce qui lui permet de bramer toutes les incongruités possibles avec le succès que mesurent les derniers – incontestablement achetés, par ailleurs.

Le schéma est tristement prévisible : Fillon, beaucoup plus affaibli par un report de voix du centre vers Macron qu’en raison de ses affaires médiatico-juridiques, ne pourra récupérer son électorat passé à Marine et arrivera troisième au premier tour. Les Républicains appelleront à faire barrage au FN en répétant ce qui a permis à MM. Estrosi et Bertrand d’être élus grâce à la gauche, mais cette fois au profit de Macron, ce qui permettra aux éléphants de conserver leur siège à l’Assemblée à 11.000 € par mois dont assistante parlementaire, et zou ! c’est parti pour un Hollande rajeuni à l’Élysée…

La droite – allégée du boulet du centre – a-t-elle la capacité à faire alliance avec le Front national en rentrant, enfin, dans le lard de la bien-pensance ?

Fillon devrait y réfléchir à deux fois ; on voit bien que tous les poids lourds de la gauche commencent à soutenir Macron, et d’ici que Hamon se désiste, il n’y a qu’un pas… Désormais, il est au pied du mur. S’il appuie , il est probable que Macron, positionné au centre, n’aspirera pas toute la gauche ; on aura donc une femme à l’Élysée.

10 mars 2017

Les commentaires sont fermés sur cette publication.