M. Montebourg propose de tirer au sort un sénateur par département. Ces citoyens désignés par le hasard ne voteraient pas les lois mais seraient chargés de contrôler l’action du pouvoir. Ils ne serviraient donc strictement à rien ! Car une autre assemblée contrôle déjà, et avec brio, le gouvernement. C’est la Cour des comptes ! Mais ses rapports s’empilent, les solutions qu’elle préconise ne sont que rarement appliquées et son influence est faible (voire inexistante !). Comme il ne disposera pas du droit de censurer le gouvernement, le Sénat à la sauce Montebourg, formé de personnes n’ayant pas forcément les connaissances techniques suffisantes pour apprécier l’action du pouvoir, aura donc encore moins d’influence que la Cour des comptes si compétente.

Et si on autorisait ce Sénat à voter les lois ? Proposer une assemblée issue d’un tirage au sort est une idée qui plaît beaucoup à la gauche. L’avantage apparent de ce mode de gouvernement est d’empêcher l’existence de politiciens professionnels constamment réélus et coupés du peuple. Mais ce système a déjà été expérimenté dans l’Antiquité à Athènes et a conduit cette ville à sa perte. À Athènes, le hasard désignait chaque année 500 personnes pour constituer l’assemblée délibérative et 6.000 pour rendre la justice. Trompés par des populistes, ces aréopages tirés au sort et novices en politique ont souvent adopté des mesures démagogiques et préjudiciables à leur patrie. Ainsi, Athènes a fait exécuter les généraux qui avaient remporté une victoire inespérée en les accusant d’avoir laissé se noyer des rameurs tombés à l’eau. Pourtant, il était impossible de les sauver à cause de la tempête ! Conduite par des amiraux sans expérience et paralysés par le sort funeste de leurs prédécesseurs, la flotte athénienne fut détruite lors de l’engagement suivant et la ville perdit la guerre et sa liberté.

En outre, ces assemblées tirées au sort ne sont pas démocratiques. Le Brexit, voté par référendum par la majorité du peuple britannique, n’aurait que 60 % de chance d’être adopté par un Sénat à la sauce Montebourg, 77 % par un Sénat de 500 membres (comme Athènes) et 91 % avec 1.500 membres (ce nombre plus élevé est préconisé par un expert cité par le journal Le Monde). Un référendum perdu à 55 % comme celui de l’indépendance de l’Écosse aurait 19 % de chance d’être gagné devant un Sénat de type Montebourg et serait perdu devant des assemblées de plus de 500 membres. Un référendum gagné à 50,5 % n’aurait qu’une chance sur 2 d’être approuvé par le Sénat type de Montebourg. Mais ses chances d’être voté ne monteraient qu’à 64 % avec 1.500 membres ! On bafoue donc le principe démocratique selon lequel une décision est validée lorsque la majorité des voix du corps électoral plus une se sont portées sur elle.

Non, le tirage au sort est une très mauvaise idée mais la gauche la met en avant car cela lui permet de contourner le suffrage universel.

Note : Le Monde a publié, lundi, un article sur cette suggestion en l’approuvant à condition que le Sénat ait 1.500 membres !

Les chiffres que je donne ont été calculés à l’aide d’un programme en Python et se basent sur le calcul des probabilités, la loi binomiale et la loi de Poisson.

À lire aussi

La Ronce, l’organisation qui veut dégonfler les roues des 4×4

L’illégalité est assumée mais, comme toujours avec le gauchisme, elle serait motivée par l…