Un mouvement de grève a débuté, lundi 4 janvier, dans le collège des Battières, à 5e (Rhône). Les enseignants comptent ainsi montrer leur soutien à un de leur collègues, agressé par un parent.

Le père « interdit au professeur d’aborder la avec ses enfants »

Le 9 novembre dernier, ce professeur aurait été pris à partie par un parent devant l’établissement et devant des témoins. « Il remettait en cause le contenu de son cours d’histoire-géographie sur le principe de laïcité » et aurait « interdit au professeur d’aborder la laïcité avec ses enfants », assure une enseignante citée par Le Progrès. Le professeur avait ensuite déposé plainte. L’agression s’est produite une semaine après l’hommage rendu à Samuel Paty, l’enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine.

Par la suite, l’équipe pédagogique a appris le départ de leur collègue. « Là où on a été complètement choqué, c’est d’apprendre le 18 décembre, au détour d’un mail, que notre collègue partait, met en avant l’enseignante. On a fait confiance à la hiérarchie pour qu’elle gère le problème et cela n’a pas été fait… Notre collègue se retrouve malgré lui à devoir partir. Il va se retrouver on ne sait où », dénonce une enseignante.

Selon les professeurs, la famille problématique aurait été convoquée par le collège. Elle aurait nié. Ensuite, les parents devaient s’expliquer devant le rectorat en décembre, mais n’auraient pas daigné se présenter à la convocation.

Les grévistes demandent, eux, que les enfants de la famille en question soient transférés dans un autre établissement du secteur « pour apporter de l’apaisement pour cette famille et pour nous ».

Le professeur agressé demande une reconversion

L’enseignant, qui souhaite garder l’anonymat, s’est rendu au rectorat, le lundi 4 janvier, pour préparer sa reconversion. Professeur d’histoire-géographie depuis 17 ans, celui-ci dit « ne plus pouvoir exercer dans ces conditions ». Faute de se sentir soutenu et accompagné par les services des ressources humaines après son agression, il est décidé « à partir ». Il terminera l’année scolaire comme remplaçant dans l’académie de Lyon. Il parle surtout de changer de métier, de devenir cuisinier dans la restauration collective, « afin de nourrir non plus les cerveaux, mais les ventres».

5 janvier 2021

À lire aussi

Les micro-trottoirs de Boulevard Voltaire : La France au Mali ? « Il ne faut pas laisser les djihadistes l’emporter ! »

Alors que des soldats français continuent de tomber au Mali, des voix s’élèvent en F…