Accueil Editoriaux “Des” lycéens manifestent, pas “les” lycéens !
Editoriaux - International - Politique - Table - 7 novembre 2014

“Des” lycéens manifestent, pas “les” lycéens !

« LES lycéens manifestent à Paris à la mémoire de  »

Sauf qu’il aurait fallu annoncer : « DES lycéens… » tant ils étaient peu nombreux. 1.000 au mieux sur près de 100.000, soit 1 % ! Cela a suffi pourtant jeudi aux chaînes télé pour ouvrir sur cet « événement »…
 
Lorsque Élise Lucet s’en prend — avec courage — directement aux dirigeants des grandes firmes de la mode ou de la téléphonie mobile comme elle le fit mardi dans “Cash investigation”, elle mérite, selon moi, toute notre reconnaissance : elle apporte sa pierre à la lutte contre l’esclavage d’êtres humains, surtout des enfants, en poussant les responsables de ces marques internationales à ne plus jouer aux singes de la sagesse, celui qui ne voit pas, celui qui n’entend pas et celui qui ne parle pas…

Mais lorsqu’elle choisit, jeudi, d’ouvrir son 13 heures sur « LES lycéens » manifestant dans Paris, elle savait qu’elle poussait le bouchon un peu loin. Elle ne pouvait ignorer que, dans le reportage, sa collègue précisait « quelques centaines de lycéens ». Et même si elle pouvait ne pas connaître le nombre de lycéens inscrits à Paris (selon le site ville-data.com, 94.312 pour 181 lycées : 60.689 dans 71 établissements publics et 33.623 dans 110 du privé, auxquels il convient d’ajouter les élèves des 52 lycées professionnels publics et privés), elle se doutait bien que ces « quelques centaines » ne réunissaient qu’une poignée de lycéens parisiens.

Elle n’a pas été la seule à « ouvrir » sur cet événement « exceptionnel » ! Les chaînes d’information avaient fait de même toute la matinée. Annonçant jusqu’à « un millier de lycéens » (chiffre effrayant ! Une véritable horde révolutionnaire !), l’un des reporters espérait même que ce « mouvement spontané » aille en s’amplifiant dans les prochains jours. Il a d’ailleurs eu cette phrase d’espoir pleine de sous-entendus  en concluant son reportage : « Pour demain, on n’est sûr de rien ! »

Une autre, devant un lycée, a évité de donner le nombre d’élèves en bloquant l’entrée : si elle s’était retournée, elle aurait pu les compter rapidement puisqu’il n’y en avait pas vingt ! N’empêche que c’était, là aussi, « LES » lycéens comme si ces quelques ados représentaient tous les élèves de ce lycée !

Ces manifestants se disaient en début de journée « apolitiques » alors qu’on apprendra en fin de matinée que ce mouvement « spontané » avait été inspiré par des lycéens proches, voire militants du NPA (le Nouveau parti anticapitaliste bien connu pour son « apolitisme »). D’ailleurs, Olivier Besancenot a fini par apparaître sur les chaînes d’information continue. Et, c’est à noter, il a été plus honnête que ses interlocuteurs en déclarant : « C’est rafraîchissant de voir la jeunesse de ce pays… enfin… une partie d’entre elle… » Peu importe, les informations se sont poursuivies avec « LES lycéens manifestent dans Paris… »

Et si, dans quelques jours, ils sont 2.000, les chaînes pourront annoncer victorieusement : « LES lycéens sont deux fois plus nombreux que jeudi dernier à manifester dans Paris ! »

À lire aussi

Maltraitance : 30 enfants mourront lors des fêtes de Noël : qui s’en soucie ?

Les associations d’aide à l’enfance maltraitée ont une voix qui porte moins loin, qui semb…