La Confédération helvétique s’apprête à soumettre certains détenteurs d’armes à des tests psychologiques, mesure directement inspirée du droit européen et contraire aux traditions suisses. Oscar Freysinger, conseiller d’État valaisan et fondateur de l’Union démocratique du centre (parti souverainiste), réagit au micro de Boulevard Voltaire.

À lire aussi

Oskar Freysinger : « On idéalise l’ouverture des frontières mais, en réalité, c’est aussi la libre circulation des mafias ! »

70% des détenus dans les prisons suisses seraient étrangers. Un chiffre effarant pourtant …