J’aimerais expliquer pourquoi ce concept d’union des droites me semble un leurre totalement confus, voire néfaste. Beaucoup de gens ne perçoivent plus très bien la différence entre la gauche et la droite. En effet, le quinquennat de Sarkozy a clarifié le statut de l’UMP, en prouvant que l’UMP est de gauche, et le quinquennat de Hollande a clarifié le statut de la gauche, en prouvant que le PS est antisocial et au service de l’oligarchie bancaire. Ces deux clarifications ont indirectement généré une certaine confusion, puisque l’UMP et le PS sont deux impostures symétriques. Un faux parti de droite et un faux parti social. La bourgeoisie libérale-libertaire du PS, depuis la Révolution de 1789, a d’ailleurs toujours été antisociale. C’est elle qui avait interdit les syndicats et supprimé le repos dominical.

Le projet d’union des droites est absurde, car elle ne peut pas se faire avec l’UMP, qui est un parti de gauche. L’UMP, alias le machin Les Républicains, organise en ce moment sa primaire prétendument de la droite et du centre. Mais de cette primaire sortira le candidat pour lequel votera la gauche (de la gauche) au deuxième tour en 2017. L’UMP organise donc, en réalité, la primaire de la gauche, au sens large. Le fait que Hollande et Mélenchon ne participent pas à la primaire de l’UMP n’y change rien. Sans surprise, la bobo socialo-gauchisante NKM a eu ses parrainages, la droitarde Nadine Morano est recalée. Certains, comme Jean-Frédéric Poisson, qui déplorent que l’UMP n’est pas assez sur les fondamentaux de la droite seront, sans surprise, balayés. À quoi bon dépenser deux euros pour voter pour eux ?

L’UMP est de gauche et les électeurs réellement de droite s’en rendent de plus en plus compte. Le bilan du logiciel adopté dans les années 1980 par la bande à Juppé-Chirac est clair : à force d’être euro-mondialiste et anti-FN, l’UMP ou ses différents repackagings commerciaux est devenu un parti de gauche, un clone du PS. On observe concrètement une migration des électeurs de droite vers le FN ou Debout la France, qui explique leurs scores de plus en plus importants ces deux ou trois dernières années. Il se trouve que le FN n’assume pas ou ne veut pas (explicitement) assumer d’être de droite, ce qu’il est dans les faits, même si Florian Philippot est à moitié marxiste et si Marine Le Pen est vaguement de gauche. C’est une erreur de com’ de faire cadeau à l’UMP du label “de droite”. Ce parti n’est pas de droite.

La communication repose sur la simplicité : il faut dire que l’UMP est de gauche. Si vous êtes de droite, ne votez pas pour ces gens-là.

Voilà pourquoi ce concept d’union des droites est totalement confus. Il contribue à pérenniser le leurre d’une UMP prétendument de droite, mais en réalité complice du PS et drainant des électeurs de droite sur une politique de gauche : euro-mondialiste, atlantiste, remplaciste, immigrationniste, anti-française, anti-nationale. Nicolas Sarkozy est l’apothéose de cette imposture.

13 septembre 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.