Brèves - Politique - 7 avril 2016

Logement social: manifestation d'élus de gauche devant la Région IDF

Plusieurs centaines de maires, élus locaux ou habitants de villes de banlieues ont manifesté jeudi à l’appel du Front de gauche devant le Conseil régional d’Ile-de-France pour protester contre la fin décidée par Valérie Pécresse (LR) de certains financements du logement social. La “politique de Mme Pécresse est absurde. Freiner la construction de logements, est une attitude irresponsable, complètement déconnectée de la réalité”, selon Patrice Leclerc, maire PCF de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) à l’origine de la manifestation. C’est “entretenir la spéculation immobilière, laisser des dizaines de milliers de ménages à la merci du mal-logement et favoriser l’entre-soi sociologique de quelques villes égoïstes au détriment de l’intérêt général”, selon l’élu.

La nouvelle majorité régionale a voté en mars la fin du financement des logements sociaux pour les plus modestes (PLAI, dit logements “très sociaux”) dans les communes qui ont déjà 30% de logements PLAI et PLUS (logements sociaux pour les classes moyennes modestes). “C’est une décision irresponsable”, a indiqué Pierre Laurent, secrétaire général du PCF, à “un moment où la situation de pénurie est soulignée tous les jours par le monde associatif”. Non seulement Mme Pécresse “n’aide pas ceux qui construisent, mais elle ne répartit pas l’effort”, a-t-il dit. Pour Gilles Poux, le maire PCF de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) qui a des projets de chantier en cours, “je perds entre 20 et 25% de subventions”. “Chaque opération va être plus compliquée”, dit-il. Il “s’agit de mettre un terme à la spirale infernale de ‘ghettos urbains'”, avait justifié le vice-président régional (LR) au logement Geoffroy Didier, dans une lettre au maire de Gennevilliers, “il n’est pas normal que sur les 1.300 communes de notre région, 90 seulement concentrent 66% du parc locatif social”.

À lire aussi

Dévotion populaire et coronavirus : à Chartres, le voile de la Vierge Marie exposé pour demander sa protection

À Chartres, les paroissiens se souviennent qu'en 1832, le choléra avait fait dans la ville…