Accueil Discours Lobbies sionistes : Poisson s’est-il grillé ?
Discours - Editoriaux - Politique - Religion - 23 octobre 2016

Lobbies sionistes : Poisson s’est-il grillé ?

Interrogé par Nice Matin sur la politique états-unienne, , candidat chrétien-démocrate à la primaire de la droite et du centre, a dénoncé “la proximité de Mme Clinton avec les super-financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes”. Ces propos lui valent d’être sous le feu des critiques, au sein de son propre camp. La droite, si prompte à attaquer l’islam, n’a pu supporter la simple mention d’un “lobby sioniste”.

Nombreux sont ceux qui y ont vu une allusion conspirationniste, voire clairement antisémite. Christian Estrosi estime, par exemple, que si Jean-Frédéric Poisson ne s’excuse pas publiquement, il n’a “plus sa place dans la primaire”. NKM a, quant à elle, saisi la Haute Autorité qui statuera sur le cas Poisson le 26 octobre. Les sanctions peuvent aller jusqu’à l’exclusion de la primaire.

Le CRIF a aussi réagi de manière immédiate. L’organisation demande aux Républicains de “condamner publiquement” les propos du candidat chrétien-démocrate, dont le discours se placerait “hors de la primaire, aux côtés d’un Soral ou d’un Dieudonné”. Ils voudraient valider la théorie du lobby sioniste, ils ne s’y prendraient pas autrement…

Le principal intéressé a bien tenté d’apaiser la tempête en nuançant ses propos dans un communiqué où il se défend de “toute intention malicieuse” et affirme “regretter profondément” que ses propos aient été interprétés comme de la haine. Mais rien n’y fait : excuses publiques, exclusion de la primaire, sanctions pénales… C’est à peine si on ne demande pas sa tête sur un plateau.

Or, qu’y a-t-il d’offensant ou de haineux dans les propos de cet homme que l’on veut affubler d’une moustache autrichienne ? Difficile d’y voir de l’antisémitisme, d’autant plus que la majorité des juifs ne se reconnaît pas dans le sionisme, qui est avant tout une idéologie politique et hégémonique dont les principaux opposants sont… israéliens. Theodor Herzl, fondateur du sionisme moderne, était d’ailleurs (à l’instar de nombreux autres sionistes) fort éloigné de la religion, ce qui lui a souvent attiré l’ire des rabbins et des juifs religieux, qui l’accusaient d’instrumentaliser le judaïsme à des fins politiques.

Prenez la citation de Poisson et remplacez le terme “sionistes” par tout autre groupe politique ou religieux, l’effet en sera tout de suite moins propice à susciter la polémique.

Alors, le Poisson est-il grillé ? Nous le saurons le 26 octobre. Mais, s’il est vraiment “différent” des autres candidats de droite, comme il l’a affirmé à maintes reprises, qu’il n’attende pas le verdict de la Haute Autorité pour sortir des filets de la bien-pensance et rejoindre les patriotes, afin de construire avec nous une France où l’on aurait droit de dire “merde !” à qui l’on veut.

À lire aussi

Et si #MeToo avait aussi du bon ?

Cet élan de nos sœurs ne doit guère nous effrayer, Messieurs. Que ceux qui se sentent morv…