À l’occasion de l’été, Boulevard Voltaire vous offre cinq extraits de L’affaire Halimi : du crime crapuleux au meurtre antisémite, de Gilles Antonowicz. Cliquez sur la couverture du livre pour l’acheter.

« Fofana n’est pas antisémite, il a des préjugés, c’est bien différent » dira au procès l’un des psychiatres chargé de son examen. […] [Préjugé et ,] ces deux approches ne peuvent être confondues, même si les préjugés peuvent faire le lit de l’ et si, à l’inverse, les préjugés peuvent naître de considérations antisémites. Il n’en reste pas moins qu’existe entre les deux une différence de degré considérable et que nier cette différence reviendrait à mettre sur le même plan une mauvaise grippe et un cancer généralisé.

Lorsqu’il bâtit son plan crapuleux, Fofana fait siens deux préjugés concernant les Juifs, nés de l’ et de la , relatifs à leur richesse supposée et à la solidarité de leur communauté.

Pour ce qui est de la richesse, il puise cette idée reçue dans une opinion largement répandue, née de la présence de quelques familles juives, Rothschild ou Lazare, à la tête de quelques institutions financières ou bancaires, mythe popularisé au fil des siècles par la littérature, de Shakespeare créant le personnage de Shylock à Irène Némirovsky inventant celui de David Golder en passant par Balzac faisant de Gobseck l’incarnation de l’usurier. Fofana ne sait pas, faute d’avoir lu le livre de Max Weber sur L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, qu’il aurait pu en dire tout autant de quelques familles protestantes.

Pour ce qui est de la solidarité, il dira en avoir eu la révélation après avoir appris que le gouvernement israélien avait relâché plusieurs centaines de détenus palestiniens en échange de la dépouille de quelques soldats juifs 2.

Richesse supposée d’une communauté et solidarité de ses membres, tels sont les termes du « syllogisme fofanien » qui va conduire au drame.

Notes:

  1. En 30 ans, l’État d’ aurait libéré environ 7.000 prisonniers pour obtenir en échange la de 19 Israéliens et récupérer les corps de 8 autres.
  2. En 30 ans, l’État d’Israël aurait libéré environ 7.000 prisonniers pour obtenir en échange la libération de 19 Israéliens et récupérer les corps de 8 autres.

27 juillet 2014

Partager

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

Le livre de l’été / L’affaire Halimi : du crime crapuleux au meurtre antisémite – Extrait 5/5

À l’occasion de l’été, Boulevard Voltaire vous offre cinq extraits de L'affaire Halimi : d…