Editoriaux - Livres - 17 octobre 2018

Livre : Devenir un barbare, de Jack Donovan

Cliquez pour acheter
[amazon_link asins=’2355120854′ template=’ProductAd’ store=’bvoltaire-21′ marketplace=’FR’ link_id=’dfb25cc3-d28d-11e8-b06d-9d1e03009944′]On peut être gay, américain et porter une vision massivement illibérale du monde. La preuve par Jack Donovan, figure de l’alt-right américaine, provocateur ultraréactionnaire, homosexuel et néo-païen. Pour Jack, la voie des hommes, c’est “la voie de la chasse en horde”. Jack Donovan s’oppose aux chimères d’une évanescente “conscience globale” et pulvérise l’imposture de la bonté universelle. Dans Devenir un barbare, il s’attaque à “l’Empire du Rien” et enseigne avec pédagogie les fondamentaux de la pensée tribale. Voilà donc un livre qui tombe à point nommé, c’est-à-dire au moment précis où notre Europe est livrée sans combattre aux hordes ethniques, l’accueil de l’« autre » s’effectuant au nom d’un bien étrange universalisme compassionnel.

Ontologiquement, “l’Empire du Rien”, c’est le vide émasculé de la vie moderne, le déracinement et le désespoir rédimés par un moralisme à prétention universelle.

Matériellement, c’est le syndicat des intérêts croisés des sociétés transnationales, des médias, des institutions financières.

Dans ce monde, la veulerie supplante l’honneur. Plus de dieux ni de héros, puisqu’il n’y a plus de monstres ni de dragons (cela effraye les consommateurs).

Le peuple de l’Empire a été persuadé que liberté est synonyme de licence. Il croit donc qu’il est libre parce qu’on lui permet de se défoncer ou de changer de sexe ad libitum. L’inclusion, c’est bon pour le business.

Les mouvements de justice sociale “travaillent à imposer des “droits humains” qu’ils ont élaborés sur la tête de gens qu’ils n’ont jamais vus”.

Ce non-sens paralysant conduit les hommes à se disputer sur des questions sur lesquelles ils n’auront jamais aucun contrôle. La manipulation de masse est au bout de ce chemin de bonne volonté universelle. Des institutions internationales placent une morale hors-sol abstraite au-dessus des exigences concrètes de leur mandat. Voir le traitement de la question migratoire par l’Union européenne.

Mais que se passerait-il si nous cessions de prétendre nous soucier de tout ?

L’universaliste, qui n’a pas à s’occuper concrètement de ses proches, revendique la responsabilité du bien-être de l’humanité entière. Mais l’universaliste n’a rien d’un dieu omniscient ; il n’est qu’une “faillite nauséabonde”.

Le barbare reconnaît que d’autres ont des intérêts et des valeurs irréconciliables avec les siens.

Il “met fin aux relations sans signification, unilatérales et fantasmatiques”. Car l’amour est un choix, un acte discriminatoire.

Adopter le style de vie barbare, c’est devenir plus lié à la communauté et moins lié à l’État.

C’est en défendant la frontière tribale, en tuant la bête qui menace ses proches que les hommes trouvent l’accomplissement de leur “voie virile”. Car il ne suffit pas de simplement rejeter la douceur méprisable de la modernité et la solution ne consiste pas à revenir à l’individualisme atomisé, mythe libéral. Dans l’état de nature, les hommes n’ont aucun droit. La tribu offre une protection contre les dangers et un mécanisme communautaire permettant de régler les différends. “Le vagabond individualiste est une anomalie déviante.”

Le barbare ne s’excuse pas pour sa virilité et ne se satisfait pas de la médiocrité. Il deviendra donc un paria et ne pourra survivre seul ; sa seule option est celle du tribalisme. “On ne peut s’opposer au broyeur de viande de l’ensemble universel que par la séparation tribale.”

S’agit-il d’être fair-play avec “l’Empire du Rien” ? Certes pas. Le barbare “prend à l’Empire pour son peuple et ne donne rien à l’Empire en retour” ; il passera donc le changement de vitesses moral, cessant de penser en citoyen d’un Empire qu’il n’hésitera plus à piller.

Pas mon peuple, pas mon problème.

À lire aussi

Livre/ “Ils ont tué le tsar “, de Nicolas Ross

Il a fallu vingt minutes aux bourreaux pour tuer les Romanov et leurs serviteurs. …