Cliquez pour acheter

Début novembre, les éditions Fayard ont publié un livre de Serge Michailof, chercheur à l’IRIS et enseignant à Sciences Po : un homme de terrain qui parcourt la savane, pas Saint-Germain-des-Prés. Son livre s’intitule Africanistan. L’Afrique Sahélienne, du Sénégal à l’Erythrée, ressemblera bientôt à l’Afghanistan, cocktail d’ et de démographie explosive.

Le sous-titre est encore plus stupéfiant : L’Afrique en va-t-elle se retrouver dans nos ? On pourrait dire à Serge Michailof qu’un coup d’oeil à la banlieue parisienne lui apprendrait que c’est déjà fait. Prenons plutôt acte du courage de cet homme et des éditions Fayard, ils cassent un des tabous les plus cadenassés du politiquement correct.

Serge Michailof, avec une audace (ou une inconscience ?) stupéfiante, écrit : “Quelles seraient les conséquences de l’implosion d’une zone immense, peuplée de 100 millions d’habitants aujourd’hui, 200 millions dans vingt ans, dont une bonne partie est francophone ?”

Dans sa campagne présidentielle de 1974, René Dumont déclara : “Je vais vous parler du plus grave des dangers qui menacent notre avenir : celui de la surpopulation.” C’était un thème banal à l’époque, et il a ensuite été étouffé par le politiquement correct. Parler des problèmes de l’Afrique expose tout de suite à l’accusation de racisme et au lynchage médiatique. Pour l’ouverture de la COP 21, TF1 vient de dire que l’Inde compterait 1 milliard 800 millions d’habitants en 2050. Des 2 milliards probables de l’Afrique à la même date, chut, pas un mot. Des 4 milliards en 2100 ? Taisez-vous, mon ami, parlez-nous d’autre chose.

Il est vrai que le réchauffement climatique est surtout dû au nord, puisque les deux principaux pollueurs sont les et la . Mais la multiplication exponentielle de l’humanité au sud ne fera qu’aggraver les problèmes. La solution habituelle de l’Afrique francophone consiste à placer les enfants en surnombre dans un avion en partance pour la . Les toubabs se sentent obligés de garder le clandestin, de le nourrir et de l’éduquer à leurs frais. Pourquoi se gêner ?

On s’élancera bientôt à travers le Sahara par troupes immenses et on embarquera en direction de Lampedusa : la surnatalité africaine est un article d’exportation qui marche très fort.

Les Européens doivent prendre les devants et ne plus se laisser submerger par les , comme en cette année 2015. Il faut à la Libye un pouvoir fort, un Kadhafi n°2 qui fera barrage à l’invasion subsaharienne. L’élimination de Kadhafi n°1 était une gigantesque bêtise : dans cette région du monde, seuls les tyrans préservent les peuples du chaos. En avant les services secrets occidentaux, trouvez-nous un général d’envergure et poussez-le au pouvoir !

2 décembre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Dimanche dernier, pour la première fois, j’ai osé !

Quand mon tour est venu, j'ai osé glisser le monstrueux bulletin dans l'urne fatale. Le pl…