Cliquez pour acheter

a publié chez Pierre Guillaume de Roux « Abécédaire de la qui ne veut pas mourir ».
C’est un livre vif, réactif, percutant, discutable, intelligent, injuste, courageux, lucide, provocateur. Et bien écrit.

J’en parle parce que Robert Ménard est mon ami.
J’en parle parce que Service Littéraire 2 est la publication de la de l’esprit.
J’en parle parce que Robert Ménard est détesté par les officiels et que pas plus l’auteur que le maire de Béziers ne trouveront grâce à leurs yeux.
J’en parle parce que je suis en accord avec Ménard sur beaucoup de ces « entrées ».
J’en parle parce que d’autres me déplaisent au plus haut point.
J’en parle parce que Ménard est insupportable et à la fois brillant.
J’en parle parce que jamais les intellectuels qui comptent – ceux qui sont persuadés de n’avoir pas besoin de la contradiction d’autrui – ne se saliront la pensée en touchant même du bout des doigts et de l’esprit ce livre.
J’en parle parce que jamais Bernard-Henri Lévy n’en parlera dans son Bloc Notes du Point.
J’en parle parce que je hais les étouffements que l’intolérance impose.
J’en parle parce que je suis lassé des admirations clientélistes et des applaudissements corporatistes.
J’en parle parce que je préfère un pamphlet qui bouscule à un petit ouvrage qui fait dormir.
J’en parle parce que cet abécédaire est bien meilleur que sa plaquette sur Le Pen qui se lisait en quatre stations de métro et s’oubliait aussi vite.
J’en parle parce que je n’en peux plus sur Twitter ou ailleurs d’entendre ou lire des gens raffolant de la liberté d’expression pour eux-mêmes mais justifiant la légitimité de la pour Robert Ménard.
J’en parle parce que j’en ai envie.
J’en parle parce que Ménard est irremplaçable pour le meilleur comme pour le pire et que tant d’autres sont substituables.
J’en parle parce que les injonctions de la bienséance unilatérale me fatiguent.
J’en parle pour qu’on le lise.
J’en parle parce qu’on ne le lira pas.
J’en parle parce qu’on n’en parlera pas.
J’en parle parce que tout seul.
J’en parle parce que cette France qui ne veut pas mourir est faite un peu de moi.
J’en parle parce que Robert Ménard ne sera pas plus accepté, supporté qu’avant mais qu’il aura eu au moins grâce à moi un peu de et de vérité.
J’en parle parce que j’aurais eu honte de ne pas le faire.
J’en parle parce que demain, si j’apprécie son livre, je serais prêt à parler du pire adversaire de Robert Ménard.
J’en parle parce que je suis, je vis et que, comme l’écrivait Scott Fitzgerald, il faut tout dire dans chaque paragraphe avant de mourir.
J’en ai parlé et je ne le regrette pas.

Notes:

  1. Texte initialement paru dans “Service Littéraire”.
  2. Texte initialement paru dans “Service Littéraire”.

10 janvier 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Philippe Bilger : « Éric Dupond-Moretti est devenu un homme politique classique pour le pire : il viole une promesse et est devenu un ministre timoré »

Le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti a présenté sa réforme de la justice en 36 proposit…