Editoriaux - Société - 1 juin 2013

L’islam raconté aux nuls par un nul…

Oui, il y a un islam de France ! Oui, il y a des fidèles de Mahomet qui s’identifient à Astérix et à Obélix (à ceci près qu’ils ne mangent pas de sanglier) ! Oui, il y a des musulmans patriotes.

Et ça fait immensément de bien de les lire. L’un d’entre eux vient de trouver une solution miraculeuse à l’épineuse question du voile que d’affreux laïcards veulent interdire partout. Personne avant lui n’y avait pensé. Mais chacun sait que les grands inventeurs, les Galilée, les Copernic, les Newton, les Curie ont toujours été solitaires et premiers en quelque chose.

Ainsi, nous apprenons grâce à cet intrépide Christophe Colomb, découvreur et défricheur de territoires inconnus jusqu’à maintenant, que le voile, objet de sordides et lâches attaques, pourrait être avantageusement remplacé par le béret ! Ce dernier – couvre-chef bien français, tellement français qu’on s’étonne que Marine Le Pen se refuse à en porter un -, serait mis sur la tête en cas de rencontre avec des parents, des amis et autres islamophobes. Ainsi serait respectée la loi du prophète qui veut que les cheveux de la femme soient cachés, la paix civile, la paix des ménages et la laïcité de la République.

Va pour le béret ! Mais à lui seul, il ne peut fournir un brevet de francité dûment homologué. Il doit, pour parvenir à la perfection recherchée, être accompagné de son inséparable sœur : la baguette de pain portée sous le bras. Ainsi accoutrées, des milliers et des milliers de demoiselles — de plus en plus nombreuses, souhaitons-le — pourront déambuler fièrement dans les rues de France et concourir au titre envié de Miss Superdupont.

Mais un doute affreux nous taraude. Quid de celles qui ont les cheveux très longs et dont le béret – une petite chose quand même – pourrait laisser échapper une boucle rebelle susceptible d’éveiller chez les mâles de libidineuses convoitises ? Une seule solution s’impose : le bonnet de bain en caoutchouc ! Là, aucun risque. Sauf celui de voir quelques jeunes musulmanes tentées par l’achat d’un petit maillot de bain deux pièces, ce qui est rigoureusement interdit.

Et les hommes ? Quid des hommes et de leur barbe ? Là, pas de problème. Nombre de catholiques, de protestants, d’orthodoxes, de sikhs et d’athées en portent. Sans parler des juifs qu’il serait sacrilège et provocateur de citer ici, dans ce contexte si pur et si candide. Donc, va pour la barbe. D’ailleurs, Nicolas Gauthier, chroniqueur de ce site et infatigable croisé anti-islamophobe, n’en porte-t-il pas une ? Et quelqu’un est-il plus français que Nicolas Gauthier ?

L’islam de France, est, on le voit, en marche. Mais pas en ordre de bataille car il est pacifique, tolérant, et respectueux des us et coutumes de la République. Balayons en passant le soupçon calomniateur selon lequel il serait, en catimini, subventionné par les fabricants de bérets basques qui subsistent, tant bien que mal, du côté de Saint-Jean-de-Luz. Et concentrons-nous sur l’essentiel ! « À la pointe de cet islam de France, il y a les converties et les convertis. », nous dit ce musulman patriote.

C’est bien vrai, ça, et on ne le dit pas assez. Tout juste si l’on nous informe qu’un de ces éclaireurs a été capturé au Mali où il guerroyait dans les rangs des djihadistes. Et si un autre, un certain Alexandre, a tenté d’égorger un soldat à la Défense. À la pointe de l’islam ? Oui, à la pointe du couteau et du cutter.

À lire aussi

Boeing ukrainien : c’est peut-être un déséquilibré qui a tiré le missile ?

Après l’avoir farouchement nié, l’Iran a reconnu sa responsabilité dans le drame. « Une er…