L’affaire de la quenelle est-elle à la pensée ce que le fast-food est à la gastronomie ? Un ministre de l’Intérieur a-t-il ou n’a-t-il pas le devoir d’intervenir pour encadrer la liberté d’expression ? Je ne sais pas. Eh oui, je prends la peine d’écrire pour dire que je ne sais pas. Blogueurs, à vos claviers ! Mais restez polis, hein ?

Il ne me semble pas que la liberté d’expression soit un absolu ou, si l’on veut, une fin en soi. Un moyen, certes… Dans cette choucroute idéologique, cette vaste tambouille d’invectives se voulant pensée, je cherche des points de repère… Dans l’absolu, bien sûr qu’il ne fallait pas balancer la purée sur Hiroshima. Pourtant, en y regardant de plus près, en amont… de fil en aiguille, personne n’a ni vraiment raison ni vraiment tort. Les Japonais furent de sales racistes lors de leurs conquêtes d’avant-défaite… Oui mais… les Américains ne les poussèrent-ils pas un brin dans ce sens avec certains blocus économiques encore plus en amont ? Etc, etc.

Je ne puis que m’interroger. Susciter des questions et écouter les réponses en évitant le spectacle de cette tablée dominicale “avant” et “après” l’évocation de l’affaire Dreyfus : le fameux dessin de Caran d’Ache « Ils en ont parlé ». Peut-être une rigoureuse définition initiale de la liberté d’expression nous eût-elle facilité la tâche ? « La liberté pour quoi faire ? », disait Bernanos, paraphrasant de manière critique Lénine (ou Staline, je ne sais plus lequel des deux). « Liberté en vue de quoi ? », rajoute la philosophe Simone Weil. « Malheureux que nous sommes, dit-elle encore, nous avons confondu le piano avec la composition d’une sonate… »

Inversion permanente entre fin et moyen. Cohen veut la peau de M’bala M’bala ? Le beau scandale ! Et M’bala M’bala ne veut-il pas la peau de Finkielkraut ? Et Cohen ne veut-il pas étriper le même Finkielkraut pour crime d’« Identité malheureuse” ? De quelque côté que tu te tournes, mon ami, il n’y a donc en politique que des meurtres en perspective ? J’ai entendu sur Radio Courtoisie certains commentateurs, malgré leur aversion pour M’bala M’bala, critiquer Valls de vouloir régenter la liberté d’expression. Et à mon grand étonnement, je n’entends jamais les mêmes se battre pour la liberté d’expression (bien au contraire) de l’anti-catho Charlie Hebdo… Suivez mon regard, qui ne peut être que perplexe. M’bala M’bala ne dirait-il, selon l’esprit de la radio, “pas que des conneries” concernant les juifs ? Bon, je jette un peu d’huile sur le feu. Le débat est lancé.

À lire aussi

Affaire Obono : étudier l’Histoire plutôt que d’agiter le chiffon rouge !

Concernant l’esclavage, les approximations sont légion... …