Dans son numéro de samedi, Libération publiait sur une dizaine de pages des articles consacrés au triste bilan des « printemps arabes ». La pensée « bobo-gauchiste », gavée d’idéologie déguisée en « science humaine » et débordante de prétention, révèle cette aptitude ridicule à brandir des convictions « éclairées » et sûres d’elles-mêmes, après chacun des démentis que leur inflige une réalité évidemment réactionnaire, qu’il faudra bien exécuter un jour.

Ainsi, le désastre général des prétendues révolutions ne doit pas désespérer la place Tahrir. Le mouvement n’a que cinq ans, c’est un bébé. Il n’a pas abouti, mais il a fait « naître une conscience révolutionnaire ». Les nouvelles générations vont le poursuivre, animées par « un idéal de transparence » et en s’appuyant sur les réseaux du « village global ». Les jeunes sont les mêmes partout et n’ont qu’une aspiration : la démocratie universelle. C’est bien connu, même à Molenbeek !

Certes, il y a bien l’islamisme et le djihadisme, mais ce ne sont que des ersatz de révolution. Les nouveaux acteurs se libèrent des allégeances religieuses. C’est évident ! Certes, il y a bien les conflits entre les puissances régionales – l’, l’Iran, la Turquie, le Qatar -, mais c’est parce que l’Occident leur laisse la place. D’ailleurs, si la situation tragique de la Syrie a empiré, c’est parce que « la passivité des Occidentaux et leur refus d’aider réellement la révolution démocratique syrienne face au “boucher de Damas” ont alimenté une guerre civile ».

Brillante analyse qui omet toutefois que là où cette intervention a eu lieu, en , le chaos s’est installé, la démocratie n’a pas été instaurée, l’État islamique s’est introduit.

L’esprit de conquête et la violence ne sont pas des accidents de la culture musulmane. Ils sont en son cœur. La domination, la soumission, la dureté, l’humiliation sont fréquemment évoquées dans le Coran. Il n’est pas absurde de croire que cette conduit à un grand social et politique qui s’accommode de pouvoirs autoritaires, à condition que ceux-ci soient musulmans. La sujétion à l’étranger de ces pouvoirs, dès lors qu’elle entraîne un changement de mœurs, devient une humiliation inacceptable que les élites intellectuelles partagent avec les classes défavorisées. Les uns veulent le pouvoir, les autres la . C’est la révolution islamique. L’Iran chiite en a été le modèle. Après l’utilisation des islamistes sunnites en contre les Russes, cette révolution islamique s’est répandue dans sunnite. C’est ce qui explique que les « révolutions » ont remplacé dans un premier temps les régimes nationalistes corrompus par des gouvernements musulmans et ont laissé place, ensuite, à des groupes djihadistes en cas d’échec.

Plusieurs pays sont en guerre civile, comme la Syrie, la Libye, le . Des groupes de plus en plus violents utilisent ces vastes zones de non-droit pour lancer des attaques au Moyen-Orient, en Afrique et, nous le savons, dans le monde entier.

Libération veut voir dans la situation actuelle une révolution en attente. Il faut, au contraire, y reconnaître un mauvais génie sorti d’une bouteille où il était resté durant des siècles. Daech vient de frapper en Libye (65 morts à Zliten), en Syrie (135 morts à Deir ez-Zor) tandis que AQMI (Al-Mourabitoune) attaquait au Burkina Faso (29 morts dont 2 Français, à Ouagadougou). Le réveil d’un islamisme de conquête n’a rien à voir avec l’annonce d’une révolution démocratique. Il serait temps d’en prendre conscience.

20 janvier 2016

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

À la télévision américaine, l’ultime trahison d’Emmanuel Macron

Lorsque l’Occident chrétien croit faire preuve de compassion en se battant la coulpe et en…