L’hystérie du gauchiste pro-migrant est sans limite.

Alors qu’il était interrogé sur la tentative avortée d’un ressortissant italien d’origine sénégalaise d’incendier un bus contenant 51 collégiens pour venger les migrants, un ancien ministre de gauche a eu cette réponse digne d’un film d’épouvante : "Ce sont des faits qui créent l’angoisse et l’alarme. Il faut condamner l’acte, mais il faut comprendre le geste".

L’auteur de cette ignominie se nomme Livia Turco. De toute évidence, l’idéologie "sans-frontiériste" a quitté la Terre. Tout là-haut, dans l’espace, Livia Turco tourne en orbite autour d’une planète non identifiée. La planète Gnangnan, peut-être. Les astronomes se perdent en conjecture. Seule a été vue au télescope électronique, marchant de long en large, une lyre à la main et chantant des mélopées déchirantes en faveur d’une tous azimuts. La planète Gnangnan serait recouverte de lacs alimentés par les larmes de ses habitants. Ils s’y baignent par tous les temps, plongent, s’aspergent, nagent dessus et dessous en poussant de petits cris de bonheur... Aucun cosmonaute n’a, pour l’instant, accepté de participer à une mission vers cet astre étrange. La crainte d’en revenir complètement timbré est trop forte.

Pour cette extraterrestre italienne, à n’en pas douter, le migrant n’est pas un homme. C’est un dieu. Et un dieu qui mérite sacrifices. Humains, de préférence. Que sont 51 collégiens au regard de la souffrance de l'Africain refoulé d’Italie ? Sur la planète Gnangnan, on égorge des poulets pour s’attirer les grâces de l’Union européenne. Pour qu’ils ouvrent grand les ports.

Livia Turco ne reviendra sur Terre que lorsqu’elle sera peuplée intégralement de migrants. Que lorsque aura été intronisée impératrice du monde et que des trottinettes spatiales partiront à la recherche de fluorescents égarés dans la galaxie. Quelle aurait été la déclaration de cet ex-ministre italien si le preneur d’otage n’avait pas été empêché de commettre son crime grâce l’intervention in extremis de la police ?

Pour peu qu’elle persiste à "comprendre le geste", il est à redouter que la colère populaire l’ait contrainte à quitter l’Italie. Migrante à son tour. À la recherche d’une embarcation pour rejoindre le continent africain. D’où elle aurait envoyé des cartes postales… très bien timbrées.

22 mars 2019

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.