Ces derniers mois, les Russes ont pris les manettes dans la syrienne et viennent d’obtenir un vrai succès visible avec leur plan de paix présenté aux Nations unies. Certes, les Russes défendent aussi leurs intérêts géopolitiques, tout en faisant de la propagande. Les avancées militaires sont difficilement appréciables, car les Russes doivent se mouvoir sur beaucoup de fronts et qu’en temps de guerre, ils utilisent comme vérité ce qui sert leur stratégie.

Cependant, les Russes ont toujours affirmé, dès le début, qu’ils n’agissent pas contre les USA mais qu’ils préfèrent agir ensemble, au sein d’une coalition occidentale contre la terreur islamique.

Ce sont les Russes qui sont à l’origine du projet dessiné durant une période de transition de 18 mois. Aussi ont-ils toujours souligné, contre les colportages occidentaux, qu’ils ne tiennent pas à tout prix à Assad. Ils se sont simplement opposés au renversement d’un président démocratiquement élu, et cela jusqu’à récemment.

Ce qui est une vraie honte pour l’Occident, que ce principe fondamental démocratique soit souligné par les Russes. Cela va particulièrement à l’encontre de Merkel, laquelle, il y a encore quelques jours, exigeait le renversement d’Assad.

Le reproche de crimes de est très sérieux. Si ces crimes sont avérés, la communauté internationale doit agir. Cependant, sans preuves, cette allégation ne peut être aussi simplement prise comme argent comptant. Et, encore une fois, s’ils sont prouvés, alors la communauté des nations devra agir en conséquence. Les Russes ont prouvé leur prévoyance. Dès le début de leur intervention militaire, ils ont annoncé qu’il devrait y avoir une solution et ont traduit leurs déclarations en actions, en rencontrant divers groupes d’opposition, bien avant le dernier show saoudien.

Ils ont même présenté des projets de reconstruction. Le second mérite des Russes est d’avoir à nouveau fait entrer l’ dans le jeu. Non que l’ONU soit une institution impeccable, mais elle est la seule forme actuelle dans laquelle les nations ont une voix qui peut amener à un consensus lorsqu’il s’agit de et de paix.

Toutes les guerres menées contre les peuples, sans mandat de l’ONU, deviennent d’un arbitraire sans limites. Ce sont toujours les populations civiles qui payent le prix. L’exemple est le Yémen, où les Saoudiens bombardent à cœur joie et, malgré tous ces bombardements, aucune solution ne pourra être trouvée sans l’ONU.

Que les Russes aient insisté pour désigner Al-Nosra comme un groupe terroriste parle aussi en leur faveur, quand les Américains instrumentalisaient les troupes appartenant à Al-Qaïda et concluaient un pacte avec le diable, dont nous connaissons le résultat lamentable.

Il me semble que ces faits devaient être présentés pour rétablir la vérité, contre le cynisme des "néocons" américains qui fomentent des guerres dans l’intérêt de leur industrie de l’armement, comme le déclare très justement le colonel à la retraite Lawrence Wilkerson, ainsi que les cartes de la présence militaire américaine dans le monde.

59 vues

20 décembre 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.