Monsieur le Député-Maire,

C’est fait, la loi sur le non- a été votée. Beaucoup d’élus se sont fait tordre le bras et continuent de tordre un peu le nez. Mais c’est fait et il faut bien le reconnaître, ce n’est pas une mauvaise chose. Cela va augmenter un peu le nombre d’élus, mais on n’est plus à ça près. Cette loi est l’occasion de faire un appel d’air qui peut renouveler l’atmosphère confinée de certaines enceintes départementales, régionales ou nationales.

En 2017, donc, année des législatives (à Dieu ne plaise…), on ne pourra plus cumuler une fonction de maire et de député, si j’ai bien compris.

Or, voilà, Monsieur le Député-Maire, vous êtes candidat cette année à votre propre réélection aux et je voudrais vous poser une question de confiance. Rassurez-vous, cette question, je vais la poser aussi au député de la circonscription d’à côté qui rêve la nuit le jour de prendre votre place dans ce si bel hôtel de ville du XVIIIe siècle. Ma question est simple comme les gens d’ici : si vous êtes élu maire en mars prochain, est-ce pour trois ou six ans ? Car vous savez — forcément, vous nous le dites tous les jours —, la gestion d’une ville comme la nôtre, c’est du sérieux, comme disait l’autre, mais pas à propos de la mairie de Neuilly.

Au moment où nous allons peut-être vous confier une nouvelle fois les clefs en fer forgé de la ville, nous voudrions savoir si vous allez nous lâcher à mi-bail. On comprendrait parfaitement que vous préfériez ces escapades hebdomadaires à Paris. Ici, à 19 heures, tout est fermé, les fréquentations sont sans doute moins agréables et les femmes moins élégantes. Dans ce cas, alors, dites-le tout de suite, on ne vous en voudra pas, vous savez, vous qui prônez l’honnêteté – et vous avez bien raison. sera toujours Paris alors qu’ici… y a des jours où on se dit que c’est pas la peine de prendre l’avion pour aller à l’étranger. Mais je m’éloigne du sujet.

Ne nous dites pas non plus que, si vous êtes réélu député en 2017, vous démissionnerez de votre fonction de maire pour y placer votre premier adjoint que vous aurez préparé aux responsabilités. On l’aime pas, celui-là, et on n’en veut pas comme maire. Si c’est pour vous voir tirer les ficelles par-dessous, on n’est pas d’accord non plus. Nous, on veut un nom, un responsable pour la durée du contrat, c’est pas plus compliqué que ça. Les hommes de paille, ici, on en fait des fagots à la Saint-Jean.

Maintenant, si vous nous dites pas clairement ce que vous ferez en 2017, il y a peut-être une solution, j’y pense, du coup : c’est qu’aux législatives en 2017, vous soyez battu, rien que pour qu’on vous garde comme maire. Faut-il encore que vous soyez élu maire en mars prochain… C’est vrai que ça fait beaucoup de si, tout ça. Y a des jours où on n’aimerait pas être à votre place. C’est ce qu’on se disait avec les copains au Café des chasseurs samedi dernier.

Voilà, c’était ma question et j’attends votre réponse avant fin mars.

Respectueusement, etc.

23 janvier 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.