Lorsque le président Reagan, décidé d’en finir avec la guerre froide, entama la « course aux étoiles » que les Soviétiques ne pouvaient suivre financièrement, le communisme s’effondra. Cependant, simultanément, les Allemands de l’Est, chaque lundi, marchaient pacifiquement pour contribuer à faire tomber le mur de Berlin. Ces marches de résistance au communisme sont donc une tradition de l’Est que n’arrive pas à comprendre l’Ouest.

Votre déclaration sur RTL, taxant PEGIDA de mouvement "raciste, xénophobe et fasciste", ces mots de mépris sont le fruit de l’ignorance de ce qu’est PEGIDA. Ignorance entretenue par les aux ordres des pouvoirs outre-Rhin comme français, qui ne cessent de désigner ce mouvement comme « nazi, xénophobe, raciste, extrême droite », bref, toutes les insultes qui conviennent à l’intimidation et destinées à manipuler l’opinion publique, qui ne s’y trompe pourtant pas. La presse ment, ici comme en Allemagne.

Nous avons été un grand nombre à avoir admiré votre intervention courageuse à Calais et à nous dire : « Enfin, quelque chose va bouger, un général s’exprime à nos côtés. » Puis votre arrestation arbitraire, ensuite votre hospitalisation, qui éveillèrent l’indignation générale. Vous l’aurez constaté sur les réseaux sociaux. Des pages de soutien se sont spontanément ouvertes, qui ont recueilli des dizaines de milliers de likes.

Des politiques, seuls les gens du FN prirent votre défense. Le député Mariani, toutefois, a exprimé son dégoût face au traitement qui vous fut infligé. Là fut le crime. L’horreur absolue. Les médias sautèrent sur l’occasion pour mettre tout le monde dans le même sac. Tous vos soutiens appartiendraient donc, selon ces médias manipulateurs, au FN, parti honni devenu, dit-on, premier parti de France. Le parti « des frustrés ». Et d’en rajouter dans l’intimidation du public, de la manipulation contre PEGIDA, ce mouvement de « fachos patentés ».

Pourtant, général, vous voyez les mêmes choses que nous, dissidents au régime, lanceurs d’alertes. Sinon, pourquoi auriez-vous fait ce déplacement à Calais ? Nous, dissidents, ne sommes ni racistes, ni fascistes, ni nazis ; nous acceptons le droit d’asile pour les vrais persécutés. Ce que nous n’acceptons pas, ce sont les mensonges, les trahisons et l’injustice faite à nos compatriotes en faveur de l’invasion islamisée.

Jusqu'au week-end dernier, vous étiez inconnu du grand public. J’ignorais moi-même votre existence. J’ai donc appris que vous aviez servi la France, certes, mais les socialistes en particulier. Ces mêmes socialistes au bout du rouleau, sans légitimité aucune, qui viennent de vous rappeler à l’ordre de manière odieuse et dictatoriale, comme vous l’avez vous-même exprimé. Ces socialistes qui représentaient 80 % de la collaboration aux nazis.

Quelle ne fut pas notre déception en écoutant vos derniers propos sur RTL ! L’abattement s’est emparé de moi, qui avais espéré qu’à travers vous, le régime retrouverait enfin la raison pour entendre le peuple que nous sommes.

Général, vous vous êtes conformé, par votre désobéissance passagère, à la Constitution qui précise que le peuple a le droit de destituer ceux qui le trahissent. Nous sommes trahis depuis Giscard, premier responsable de nos maux, pour avoir permis le regroupement familial qui a contribué à créer une parallèle musulmane, laquelle, de plus en plus, impose ses valeurs, ses coutumes, sans oublier les nombreuses conversions à leur drapée en idéologie politique.

J’en termine pour vous dire que vous vous trompez sur PEGIDA, que vous êtes tout autant manipulé sur le sujet que le grand public. Puissiez-vous revenir à la raison et vous pencher avec attention sur ce mouvement d'origine d'Allemagne de l'Est qui se propage en Europe et qui, désormais, s’internationalise jusqu’en Australie.

219 vues

9 février 2016

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.