Culture - Discours - Editoriaux - Livres - Politique - 28 janvier 2016

Lettre à l’attention des élus “républicains”, amateurs de Bibliothèque rose

Cliquez pour acheter

Il y a un temps pour se connaître, un temps pour entrer en gestation, un temps pour les circonvolutions, un temps pour dresser le bilan.

Ensuite viennent d’autres temps, celui de la confection du programme et celui de l’action. Pour reconstruire le pays. Les Français n’en peuvent plus.

Las, la direction de la droite “de gouvernement” (acception devenue assez péjorative de nos jours) est composée de petits usuriers qui pèsent et soupèsent chacune de leurs moindres prises de parole.

Chacun peaufine son discours à la balance de précision, en focalisant sur la bonne façon de tisser les bobards.

On croit les entendre devant leur glace, ces ténors d’opérette, sur un fond musical d’Offenbach.

Sinistres Arpagon, ils évaluent tels des apothicaires :
“Dire ça, 100.000 voix. Masquer ça 500.000 voix. Changer d’avis sur ça… 1.000.000 de voix, prises au centre mou. Banco !”

De leur existence de bourlingueurs du vide, ils tirent matière à “écrire”.

Conserver ce qui doit l’être afin de permettre la liberté de chacun n’est plus dans le logiciel des élus “républicains”. Trop compliqué, trop intellectuel. Fatigant.

Ils laissent le soin aux pseudo-progressistes de trouver les mots. Badiou, Bourdieu, Deleuze, Foucault ont agité le hochet de la culture cédé par le Général à la gauche.

Les “Républicains” n’ont pas souvent lu Aron, Revel, de Benoist ou Boudon. Ils sont paradoxalement habitués à la Bibliothèque rose.

En ce moment, nos élus s’appliquent à déchiffrer les billevesées de leurs héros en politique. Ils nomment ça “livres”.

Nombre des élus de ce parti (que les quelques téméraires veuillent bien nous excuser) sont composés de gentils suiveurs, bien fades et lassés d’avance à l’idée du travail que nécessitera le chantier pour la France. Certains sont même totalement acquis aux normes sociétales du progrès mondialiste.

Alors, que voulez-vous, ils s’ennuient. L’Europe s’occupe de tout… Du coup, que faire ? Ils lisent.

Vindicatifs, nous aurions envie d’être lus d’eux à notre tour. Nous écririons ceci :

Élus de droite, vous faites honte au pays. Cessez de faire semblant de lire Sarkozy, Juppé ou Copé, des livres qui ne sont pas écrits et ne contiennent même pas d’images.

Ces balivernes de langues fourchues sont juste bonnes à caler les commodes.

Fermez donc cette minable prose de campagne, et à propos de plumes, sortez les vôtres de vos séants et volez dans les plumes des socialo-mondialistes, vous avez été mandaté par la nation.

Élus “républicains”, oubliez ces livres d’ectoplasmes qui vous tiennent lieu de chefs et soyez courageux une fois dans votre vie. La République, bonne fille, vous le rendra.

À lire aussi

Et si l’on s’était trompé sur la police ?

Cette hypothèse vous rappelle assurément de bien bonnes fables gauchistes… …