Editoriaux - Politique - 8 mai 2019

Les préservatifs des Jeunes avec Macron : pour une Europe qui protège…

« À 2 c’est bien. À 27 c’est mieux ! » Le slogan claque comme un drapeau au vent ou l’élastique d’un slip dans le petit matin blême. Le drapeau européen, évidemment, car c’est sur fond de bannière azur étoilée d’or que cette phrase d’appel à l’union est brodée. Bon, déjà, faudrait s’entendre sur le nombre : 27 ou 28, car aux dernières nouvelles, le Royaume-Uni voterait aux élections européennes. Mettons 27, on ne va pas chipoter pour une unité. Et puis, quand il y en a pour 27, il y en a pour 28.

Ce slogan, vous le trouverez sur les boîtes de préservatifs distribuées par les JAM, les « Jeunes avec Macron », à l’occasion de la campagne des élections européennes. En plein Brexit, offrir des capotes anglaises, ça ne manque pas de sel. C’est jeune, c’est frais, c’est de bon goût. Comme on dit, ça fait envie. Ça change des stylos et des mugs. Tiens, on aurait même pu imaginer la tête de Nathalie Loiseau imprimée au bout de l’objet, ou celle de Macron, si vous préférez, vu que c’est lui la vraie tête de liste. C’eût été du meilleur effet. La technologie permet d’accomplir des miracles, aujourd’hui. Cela dit, ce n’est pas la première fois que ce type d’ustensile est utilisé comme « produit dérivé ». On a le souvenir des boîtes de préservatifs à l’effigie de Kate et William vendues à l’occasion de leur mariage en 2011. Mais cette intrusion dans une campagne électorale semble être une première. Il a bien dit, d’ailleurs, que rien ne serait plus comme avant.

Question : Nathalie Loiseau va-t-elle procéder elle-même à la distribution ? On l’ignore encore. L’idée est à creuser. Le tout est de savoir si cela doit se faire en début ou en fin de meeting. C’est peut-être mieux à la fin, sinon les jeunes risquent de s’amuser avec pendant (le meeting). Ceux qui resteront jusqu’au bout du bout du discours de Nathalie, c’est promis, auront droit à une boîte dédicacée de Loiseau herself. Un lâcher de préservatifs gonflés à l’hélium en fin de meeting sur fond d’hymne européen est même envisageable. Marlène Schiappa en a, par avance, la chair de poule et Amélie de Montchalin la larme à l’œil.

« À 27 c’est mieux ! » Waouh ! Y a pas à dire, on a le sens du collectif festif, de la partouze bruxelloise, de l’orgie strasbourgeoise, à La République en marche ! On imagine la tête des « pères fondateurs », ces espèces de pères fouettards qu’étaient Schuman, Adenauer, Monnet and Co. : voir leur « projet » s’achever au fond d’un préservatif, érigé en bacchanale à 27. Heureusement qu’il n’y a pas 69 pays sur le continent européen. Mais, finalement, nous n’avons peut-être rien compris du tout au message subliminal que cette boîte de préservatifs veut nous faire avaler : Emmanuel Macron veut une Europe qui protège, il l’a dit et répété.

Au fait, alors que certains prévoient que tout ça va se terminer en débandade, Nathalie Loiseau a promis que cette campagne sera un blitzkrieg – une guerre éclair, en français dans le texte. Vite fait, bien fait, pas un truc qui dure, quoi. Et les préliminaires, on en fait quoi, dans tout ça ?

À lire aussi

Macron et Bolsonaro : la guerre du feu aura-t-elle lieu ?

Emmanuel Macron souhaite-t-il instaurer un droit d’ingérence environnemental, à l’imitatio…