Le terme de Résistance (ou de résistant) nous vient essentiellement de la Deuxième Guerre mondiale, quand les armées allemandes occupèrent notre pays. Ces résistants, qui se cachaient sous des noms d’emprunt pour échapper à la torture et à la mort, dans le meilleur des cas à la déportation, ont pour la plupart fait preuve d’un courage exceptionnel ; peu ont survécu et ceux qui ont réussi à survivre jusqu’à la se sont vus souvent supplantés par des résistants de la dernière heure, ou de l’heure suivante, dont beaucoup se sont parés de leur héroïsme et ont profité de leurs sacrifices.

Très minoritaire de 1940 à 1944, plus répandu à la Libération, le résistant, ou plutôt le nouveau résistant, pullule aujourd’hui, surtout à la télévision, où on le voit entre un reportage sur les derniers beaux jours de l’automne et un autre sur la neige qui vient de tomber sur les Alpes, promesses pour les stations de nombreuses réservations. Tant que n’empêche pas d’aller au ski…

C’est que, depuis les attentats sanglants dans notre pays, une nouvelle catégorie de résistants a vu le jour et se multiplie, qui semble se référer par son appellation ronflante à ceux de 1942, mais dont la réalité est tout autre. Le nouveau résistant, sorte de gogo médiatique, très proche du gogo qui fut Charlie en janvier dernier, accomplit au quotidien des actes héroïques. À la table d’un bistrot, filmé par la devant sa tasse de café ou son verre de Martini, on le voit, on l’entend déclarer, d’un air grave, qu’il est là « pour montrer qu’il n’a pas peur », et qu’il accomplit « un acte de résistance ». Un peu plus tard, il ira à la boulangerie acheter sa baguette, accomplissant un nouvel « acte de résistance » ; ou devant un cinéma, on verra notre héros faisant bravement la queue, face à l’ennemi. Ou bien encore, un lumignon ou une rose à la main, le nouveau résistant va sur le lieu d’un attentat, toujours filmé par la télévision, manifester son refus de la peur, et partir en courant comme un lièvre au premier bruit suspect.

Mais on peut également apprécier le courage et l’héroïsme de l’artiste résistant. Conduit par le général Aznavour, ou l’inénarrable Jack Lang (le roi des niaiseries), il peut participer à des collectifs ou répondre à l’appel de personnalités du « monde de la culture » pour « faire du bruit et de la lumière ». Ou bien, croyant réinventer le Chant des partisans, un peu comme le chanteur engagé de Coluche qui crie « Misère, misère… », le nouveau résistant compose une chansonnette bébête – musique douceâtre et texte rempli de grandes idées sur l’amour plus fort que la haine, la paix et la fraternité entre les hommes – et, toujours devant les caméras de télévision, auréolé d’un commentaire lyrique de journaliste, il en bêle un extrait et devient un quasi-héros national, le temps d’un reportage d’une minute et demie.

Enfin, le nouveau résistant – et c’est là le sommet de son esprit de résistance – déclare dans un sondage que le président Hollande – dont l’inaction et l’incapacité nous ont, entre autres, conduits là où nous sommes – gère bien la situation et qu’il est à la hauteur. Sans doute pour qu’en écho aux avions du même nom, on reçoive sous peu quelques rafales de plus, ce qui lui permettra de reprendre ses actes de et ses marches blanches.

En voyant le nouveau résistant, on voudrait quelquefois disposer d’une machine à remonter le temps et le renvoyer en 1942 pour lui redonner le sens des réalités et voir comment, devant sa tasse de café, dans un bistrot parisien, filmé par les caméras du journal Gaumont Pathé de l’époque, il revendiquerait devant la Gestapo son statut de résistant ! Ou bien comment il chanterait l’amour, à Lyon, dans les geôles de Klaus Barbie.

Car il semble que la décence ait complètement déserté nos médias. À moins que, parodiant les anciennes blagues des casernes, on ne se pose la question : « C’est de l’indécence ou de la connerie ? Les deux, mon commandant ! »

26 novembre 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.