Editoriaux - Justice - Table - 24 avril 2014

Les décolletés interdits au ministère du Développement durable et de l’Énergie !

Toute à la joie de son retour en grâce, toute frétillante et dissipée, la nouvelle occupante en chef de l’hôtel de Roquelaure a dû mal saisir les desiderata exprimés par son ex lors de l’entretien d’embauche, concernant l’impérieuse nécessité de tout faire à l’avenir pour éviter les “déculottées”.

Je savais qu’on allait bien rire avec Marie-Ségolène !…Et l’anecdote n’est qu’un début, croyez-moi, une mise en jambe. Pensée émue, toutefois, et surtout compatissante à ses nouveaux collaborateurs, à ses souffre-douleur, à leur calvaire à venir. Que les malheureux daignent, s’ils le peuvent, pardonner ce ton badin et, pourquoi pas, essayer de sourire un peu avec nous. Les occasions doivent cruellement leur manquer depuis quelques jours, quelques semaines. Quoiqu’ils ne rigolaient peut-être pas tant que ça avec Mme Duflot…

Cela dit et sur le fond, la mesure de la mégère n’est d’évidence pas très équitable : les femmes peuvent-elles être tenues pour responsables de la concupiscence de leurs collègues masculins ? Et pourquoi pas imposer aux femmes le port de la burqa, pendant qu’on y est ? Non ! Pas encore, pas tout de suite… Chaque chose en son temps… En attendant, à chacun ses responsabilités, enseigne la justice la plus élémentaire ; or, il serait plus juste, bien plus logique et plus équitable d’interdire le regard des hommes ! Il suffirait, pour cela, de flanquer chaque employé masculin du ministère d’un binôme de fonctionnaires assermentés chargés de le tenir à l’œil et de s’assurer de ses œillades.

Curieux qu’elle n’y ait pas (encore) pensé… À moins… mais oui, bien sûr ! À moins qu’un bandeau opaque, judicieusement placé, ou tout simplement des œillères… Pardi : des œillères ! À la manière de celles qui limitent le champ visuel des chevaux, pour concentrer le regard de ces messieurs sur leur écran, leur sudoku, leur tasse de café ! Des œillères « fabriquées en France » ! Oh, la bonne idée !

Bref, on le voit : notre nouveau ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie ne manque pas de pistes de travail !

À lire aussi

Monsieur Juppé, vous vous plaignez… mais vous récoltez ce que vous avez semé !

Monsieur Juppé se plaint encore, se plaint toujours, s’apitoie sur son sort. Il est dans s…