Il faudra un jour remercier et son équipe gouvernementale, pour avoir provoqué des mouvements citoyens qui renvoient les abstentionnistes, les défaitistes, les opportunistes et autres fatalistes dans le camp des démocrates déficients ne méritant pas leur carte d’électeur, sauf évidemment pour les quelque 8 % de courageux mais benêts, ou intéressés qui croient encore en l’avenir du hollandisme.

Depuis un an et après la formidable mobilisation de , les mouvements citoyens ont fait irruption dans le paysage français habituellement réservé aux forces sociales traditionnelles maîtres du pavé, qu’elles partagent volontiers avec ces associations biberonnées à l’argent public, justifiant leur démarche par la montée des dérives racistes, homophobes et xénophobes qu’elles exacerbent elles-mêmes par leurs démonstrations. Le dernier carré rose des bobos réfractaires peut encore, pour un temps, se retrouver entre gens indignés à la Mutualité ou au théâtre du Rond-point, mais l’écho de ces manifestations humanistes ne dépasse guère le foyer de ce haut lieu de la subventionnée et des couloirs de Libération.

Las, les bruyantes cohortes battant pavillon rouge ne représentent plus les Français profondément désenchantés et une majorité sourde qui a décidé de n’être plus muette ! Le défilé de ce dimanche, lancé par Mélenchon contre la TVA, a fait pschitt, écrasé par les camions des routiers en colère. Les font désormais écran aux étendards révolutionnaires !

Cette irruption citoyenne deviendra-t-elle éruption populaire?

Non, si ces mouvements quasi spontanés mais de plus en plus structurés ouvrent la voie à des mouvements politiques non inféodés aux partis traditionnels en perte d’audience. C’est ainsi que Denis Payre, chef d’entreprise dynamique, ayant fait ses preuves en France et à l’étranger, a créé Nous Citoyens qui fait de très réalistes propositions pour exercer une démocratie allégée de ses pesanteurs et privilèges parlementaires et redistribuer les sièges de députés tout en les réduisant, pour que la civile y soit mieux représentée.

L’ à l’allemande, pour résoudre les grands défis et entreprendre les nécessaires et profondes réformes qui s’imposent, est impossible dans notre pays aux mains des politiques professionnels et énarques complices dans le statu quo qui garantit leur déroulement de carrière et leur ambition. L’Alternative tiède des demi-frères Bayrou/Borloo n’est pas la réponse qu’attendent les électeurs, en quête d’une maîtrise franche des problèmes assumée par un exécutif en CDD mais à durée plus longue qu’un quinquennat.

En attendant cette redistribution des cartes, il n’est que temps de promouvoir enfin le référendum d’initiative partagée mis en coma dès sa naissance en 2008, et donner la parole au peuple de France pour faire dégonfler l’omniprésence sourcilleuse, pesante, versatile et insupportablement dépensière de l’État.

2 décembre 2013

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Le Rafale, tel un couteau suisse ?

Notre fleuron aéronautique pourrait gagner la partie et recevoir le très recherché label s…