Tout un chacun peut observer les querelles de personne à l’UMP et s’indigner des turpitudes comptables de ce parti et de la campagne de Sarkozy en 2012. Mais ce n’est pas le problème le plus sérieux de l’UMP. Car la désagrégation socio-politique et donc électorale de feue la Droite française a des causes profondes, incontrôlables et irréversibles.

Au XIXe siècle, la politique était polarisée entre républicanisme et royalisme. Au XXe s., cette polarisation a fait place à une opposition entre Droite et Gauche dans des termes différents, puisque le républicanisme a gagné par forfait en 1873, lorsque le comte de Chambord a sabordé la restauration royaliste, pourtant à deux doigts d’aboutir.

Pour comprendre la crise mortelle de feue la Droite française, il faut d’abord comprendre ce qu’elle était, à savoir une synthèse entre une certaine idée de la France, les bonnes mœurs bourgeoises ou catholiques, l’attachement à la patrie et la défense de la propriété et de la libre entreprise. Cette synthèse fonctionnait bien à l’intérieur du cadre national. Elle a bien fonctionné tout au long du XXe siècle. Mais, avec la montée du mondialisme, elle ne fonctionne plus. Le nœud gordien de feue la Droite française et les convulsions pre-mortem de l’UMP gisent dans cette synthèse perdue.

En effet, un abîme sépare petit entrepreneuriat et mégalo-capitalisme euro-mondialisé. Observons d’ailleurs que les dirigeants des plus grandes entreprises prétendument « françaises », généralement détenues par des capitaux étrangers, n’habitent même plus en France. Les entreprises individuelles et de taille modeste localisées en France sont soumises à la brutalité sauvage de la mondialisation et n’ont plus d’intérêts en commun avec l’ultra-libéralisme, bien au contraire.

D’autre part, les foules immenses des Manifestations-Pour-Tous sont plus ou moins orphelines. A moins d’être amnésique, chacun sait que la loi Taubira sur la dénaturation du mariage résulte d’une magouille au Sénat le 12 avril 2013 conjointement organisée entre l’UMP et le PS. Il est patent qu’un divorce est engagé entre la plupart des dirigeants de l’UMP et une bonne partie de l’assise électorale de l’UMP sur ces questions. Pour dire les choses simplement, l’UMP est un fossoyeur actif des bonnes moeurs, auxquelles restent attachés bon nombre d’électeurs. Ce n’était pas obligatoire mais l’UMP a choisi de le faire.

Le slogan de l’UMP aux Européennes de mai 2014 était effarant : « Si vous êtes patriote français, votez pour l’Europe. » Schizophrène…
La ligne dite Buisson appliquée par Sarkozy est une tentative de défibrillation, visant à réactiver les réflexes électoraux de feue la Droite. Il est douteux que la défibrillation ratée en 2012 puisse réussir dans l’avenir. Plus le temps passe et plus les conditions d’une défibrillation réussie s’évanouissent. Le choix entre Droite Forte et Droite Morte est virtuel. La deuxième a déjà gagné.

9 juin 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.