Comment, en cinq ans, la cérémonie des Bobards d’or, organisée par Polémia sous la direction diligente de Jean-Yves Le Gallou, est-elle devenue un phénomène ? Grâce aux médias alternatifs, aux médias sur Internet, bien sûr, qui l’ont massivement relayée et couverte en direct. Et parce qu’elle rencontre une attente très forte, nourrie des indignations stupéfaites et impuissantes de chacun. Chaude ambiance, donc, rue d’Athènes mardi soir. On se bouscule à l’entrée, on se marche sur les pieds, et on s’estime heureux de trouver une place dans l’escalier menant aux gradins, déjà bien investi par le public. On ne veut pas en perdre une miette et on tient bien serré son carton rouge individuel pour le vote, départagé parfois par l’applaudimètre.

Et puis, disons-le, on vient aussi pour rire. Les Bobards d’or, c’est encore mieux que Canteloup, et Jean-Yves Le Gallou n’a pas besoin de mettre un nez rouge ou la perruque de Bozo le clown… les vrais humoristes de cette soirée, ce sont les « nominés ». Avec leurs improbables bobards sur grand écran. Les faits, rien que les faits : c’est la seule recette pour cette partie de rigolade… Et pour résister aussi. Jean-Yves Le Gallou l’a rappelé avec solennité dans son discours d’ouverture : contre ce qu’il nomme « la tyrannie médiatique », il n’y a qu’une arme imparable, et c’est celle-là. Des faits que l’on se doit de rappeler, sans invective ni agressivité, partout où l’on pourra, notamment sur les réseaux sociaux des grands médias en ligne.

On vient pour se marrer et pourtant tout ne prête pas à rire, loin s’en faut : dans l’affaire Méric, pour laquelle le ci-devant rédacteur en chef de Nicolas Demorand a été retenu dans la sélection, un jeune garçon est mort, un autre est en prison. Celle du Gardasil, ce vaccin contre le cancer du col de l’utérus administré aveuglément depuis plusieurs années aux fillettes, annonce peut-être un désastre sanitaire sans précédent. Au fond, rien ne prête à rire, tout est même gravissime car c’est de la qu'il s’agit. Mais comment ne pas pouffer en entendant Bruno Roger-Petit évoquer très sérieusement — il les a comptés — 70 manifestants contestataires sur les Champs-Élysées le 11 novembre… quand 73 ont été interpellés ? Agnès Soubiran s’indigner, sur Info, des « lancers de nains » dans les spectacles de Dieudonné - et pourquoi pas les exhibitions de frères siamois ? Christophe Barbier s’étonner ingénument de l’inexplicable difficulté des démocraties à museler Internet quand les régimes dictatoriaux, comme la Chine, y parviennent si bien ?

Si le vent souffle dans les voiles des « Bobards d’or », c’est aussi parce que son combat pour la vérité rencontre celui des grandes manifestations entamées depuis maintenant plus d’un an contre le plus grand, le plus incroyable bobard sociétal imaginé : celui prétendant que la famille n’aurait pas pour fondement un homme et une femme. Oui, se lève dans ce pays une formidable aspiration à la vérité. Tous à poil, disaient-ils ? Alors, commençons par la vérité. La vérité dans sa nudité intégrale, sans fard ni voile pudique.

Dans les rangs, cependant, certains font la gueule et prennent des notes. Comme David Doucet des Inrocks. Pourtant, entre quelques inexactitudes, son papier a le mérite de reconnaître le succès des Bobards. Tout au plus relève-t-il qu’on a omis l’affaire Breivik, pour laquelle la presse avait d’abord évoqué la piste islamiste. Preuve qu’aux Inrocks, aussi, on peut faire montre d’honnêteté… et, allez, pourquoi pas - puisqu’on a des suggestions –, postuler pour le jury l’an prochain ?

47 vues

12 mars 2014

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

Les commentaires sont fermés.